Accéder au contenu principal
Religions du monde

1 - La démocratie, une valeur spirituelle ?

Audio 19:30

C’est sous cet intitulé que s’est déroulé les 19 et 20 avril 2013, le colloque international du Département «Société, Liberté, Paix» du Collège des Bernardins.A l’heure de la demande de moralisation de la vie politique, ce colloque, conclusion de deux années de recherche, est venu apporter des pistes de réflexion aux interrogations du moment. Pour les organisateurs et les intervenants, la démocratie n’est pas seulement un système politique, c’est aussi l’art du vivre ensemble porté par un horizon commun. Pratiquées sans vertu, ni exigence morale, les démocraties se fragilisent et se vident de leur substance. D’où la crise du politique aujourd’hui. Une des questions posées par ce colloque : comment les religions peuvent-elles apporter aux démocraties les ressources qui leur font défaut ?

Publicité

On entendra dans cette émission un extrait de l’allocution d’Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie et ancien président du Sénégal ; Jean-Baptiste de Foucauld, ancien haut-fonctionnaire, président de Démocratie et Spiritualités et cofondateur du Pacte civique ; François Lacoste de Lareymondie, de la fondation de Service politique ; le prêtre dominicain Bernard Bourdin, théologien et philosophe, professeur à l’Institut catholique de Paris.

Ce colloque a permis de donner la parole à des intellectuels qui travaillent sur la post- modernité comme John Milbank, chez de file de la Radical Orthodoxy, un mouvement né dans l’anglicanisme et qui s’inspire de la doctrine sociale de l’Eglise, mouvement autant marqué par une critique du sécularisme agressif que par celle de l’ultralibéralisme en matière économique et sociétale.

Fil rouge et invité de l’émission : Antoine Arjakovsky, coorganisateur avec le père Antoine de Romanet de ce colloque. Dans son dernier livre (1), Antoine Arjakovsky voit dans la crise que traverse la démocratie française, illustrée dernièrement par l’affaire Cahuzac, une crise de la philosophie politique libérale. Antoine Arjakovsky prône un retour à la philosophie personnaliste des années 1930 afin de restaurer la confiance entre la société civile et l’Etat.

(1) « Pour une démocratie personnaliste », Lethielleux Desclée de Brouwer.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.