Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le gazoduc Nabucco ne verra pas le jour

Audio 01:46

C'est la fin du rêve d'indépendance gazière de la Commission européenne. Le gazoduc Nabucco n'a pas été choisi par le consortium de gaz azeri. C'est un gazoduc concurrent, beaucoup moins ambitieux, qui devrait écouler le gaz de la Caspienne dans cinq ans.

Publicité

Tracés des gazoducs via l'Europe du Sud : South Stream en bleu et Nabucco en rouge, ce dernier a été abandonné.
Tracés des gazoducs via l'Europe du Sud : South Stream en bleu et Nabucco en rouge, ce dernier a été abandonné. Wikipédia/Boban Markovic

Obtenir le gaz d'Azerbaïdjan, c'était la dernière chance pour Nabucco. Mais le gazoduc européen, imaginé par Bruxelles pour s'affranchir du gaz russe, n'a pas été choisi par le consortium du gisement géant de gaz de Shah Deniz II, en Azerbaïdjan, mené par la compagnie britannique BP.

Faute d'approvisionnement pour remplir ses tuyaux, le projet Nabucco est condamné. Nabucco a sans doute péché par excès d'ambition. Au départ, le tracé partait de l'est de la Turquie pour rejoindre l'Autriche, via la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie. Le projet a aussi joué de malchance, la ressource de gaz semblait lui échapper ; au départ Nabucco comptait sur le gaz iranien, il n'en était plus question après les sanctions internationales contre Téhéran. La Russie a dans l'intervalle eu le temps de développer d'autres routes gazières évitant l'Ukraine, puisque c'est ce pays qui avait occasionné les coupures de gaz russe vers l'Europe à plusieurs reprises.

Enfin, la crise a rendu le projet Nabucco de plus en plus hypothétique, parce qu'il était très coûteux. Même réduit à 1 300 km depuis que la Turquie a pris à sa charge une partie du tracé, Nabucco Ouest était toujours trop cher par rapport à son concurrent trans-adriatique de 800 km, TAP. C'est donc TAP qui devrait être choisi par le consortium de gaz azéri pour mener le gaz jusqu'en Italie. Le gazoduc TAP ne partirait pas de Bulgarie, comme le prévoyait Nabucco, mais de Grèce. La Bulgarie fait grise mine mais la Grèce peut se réjouir. Le gazoduc devrait drainer 1,5 milliard d'euros d'investissement, créer 2 000 emplois directs et 10 000 emplois indirects. Une perspective propre à consoler la Commission européenne de voir son projet Nabucco remisé au placard, plus de dix ans après son lancement.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.