Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Les énergies renouvelables font dangereusement chuter les prix de gros de l'électricité

Audio 01:47
L'éolien et le solaire font chuter le prix de l'électricité sur les marchés de gros en Europe.
L'éolien et le solaire font chuter le prix de l'électricité sur les marchés de gros en Europe. AFP / Georges Gobet

C'est une fausse bonne nouvelle. Les énergies éolienne et solaire font chuter le prix de l'électricité sur les marchés de gros en Europe. Ce qui met en péril les nouveaux investissements verts.

Publicité

Le 15 juin dernier, le vent a tant soufflé en Allemagne et en France, que les éoliennes ont saturé les marchés de l'électricité. Les éoliennes ont un accès prioritaire au marché et des tarifs préférentiels, elles n'ont donc aucun intérêt à moduler leur production en fonction de la demande, qui était très faible ce jour-là, puisque les Européens du Nord avaient enfin éteint leur chauffage et pas encore sollicité les climatiseurs.

C'est pourquoi les bourses de Paris et de Leipzig ont affiché le lendemain un prix négatif de l'électricité. Le Mégawatt/heure valait moins de zéro euro (-200 euros) ! Si cette situation est exceptionnelle, la tendance à la baisse des prix sur le marché de gros de l'électricité est réelle. Le problème, c'est que non seulement ça ne profite pas vraiment au consommateur - le marché de gros ne concernant qu'une part infime de l'offre totale de courant qui leur est livrée, par exemple par EDF en France -, mais que ces prix déprimés sur le marché spot découragent les nouveaux investissements dans des équipements flexibles moins polluants que le charbon, comme les centrales combinés gaz-vapeur, capables de compenser l'absence de soleil ou de vent lors des pointes de consommation, lorsque le nucléaire et l'hydroélectrique ne suffisent pas.

Les centrales à gaz ne sont plus rentables, elles ferment les unes après les autres, au point que GDF-Suez craint le black-out en Europe de l'Ouest l'hiver prochain. La solution serait de pouvoir transporter l'excès d'énergie solaire ou éolienne vers les régions déficitaires. Mais transporter l'électricité, c'est en perdre énormément, il faut que la recherche progresse, et il faut de l'argent.

De l'argent aussi pour trouver comment stocker ces énergies nouvelles, puisqu'elles sont intermittentes. Utiliser l'excès de courant pour fabriquer de l'hydrogène utilisable dans les piles à combustibles, c'est une piste pour verdir les transports, mais elle demande plusieurs milliards d'euros d'investissement dans des stations services adéquates.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.