Accéder au contenu principal
L'Épopée des musiques noires

I Have A Dream (2ème partie)

Audio 26:30

Lorsque Martin Luther King voit le jour le 15 janvier 1929 à Atlanta, les Noirs sont des citoyens de seconde classe qui n'ont aucun moyen de peser sur les choix politiques de la grande Amérique. Seuls les sportifs ou les artistes bénéficient de la clémence d'une société profondément raciste qui ne leur octroie que le droit de divertir la population à condition de ne rien revendiquer.

Publicité

Les musiciens de jazz sont donc perçus comme des amuseurs publics et ne doivent pas déroger à cette règle. Pourtant, très tôt, certains chefs d'orchestre vont subrepticement glisser des messages subliminaux dans leurs œuvres. Le premier grand défenseur de la culture noire aux États-Unis fut, sans nul doute, Duke Ellington. Tout au long de sa prodigieuse carrière, il démontrera la valeur de la communauté afro-américaine dans son répertoire et fera renaître ce sentiment de fierté trop longtemps réprimé.
 

Au tout début du XXème siècle, les big bands vont donc faire danser l'Amérique en distillant insidieusement une part de leur ancestralité africaine, mais derrière cette force expressive très communicative, il y a un quotidien misérable et l'oppression du pouvoir blanc qui n'entend pas perdre ses privilèges… Ainsi, progressivement, une frustration viscérale va croître au sein de la communauté noire et nourrir l'esprit de rébellion encore très timide.

C'est au tournant des années 40 que le climat va changer. La Seconde Guerre mondiale provoquera un bouleversement culturel majeur aux États-Unis. Les grandes formations jazz d'hier ne résisteront pas aux difficultés économiques, et une nouvelle génération de jeunes virtuoses effrontés oseront défier leurs aînés en inventant un nouveau genre musical. Le be-bop remplace le swing devenu désuet et poussiéreux.
 

L'apparition de ce nouveau son plus fougueux et frondeur va redynamiser la nature protestataire des Noirs d'Amérique. Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Miles Davis, Thelonious Monk vont jouer les trublions et contester l'ordre établi. Si cette musique est parfois difficile d'accès, l'intention est, elle, très limpide : résister à la domination blanche en imposant une musicalité noire identitaire. De ce fait, ces musiciens de be-bop ont contribué à l'essor du mouvement des droits civiques. Ils furent des pionniers valeureux sans qui la volonté farouche de Martin Luther King n'aurait peut-être pas fait tomber les barrières raciales.

 


http://www.dukeellington.com/
http://www.cmgww.com/music/parker/home.html  
 http://mlk-kpp01.stanford.edu/

Wikicommons

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.