Accéder au contenu principal
Atelier des médias

1. Vue imprenable sur Denis Robert

Audio 19:30
Denis Robert.
Denis Robert. DR

Nous avons profité des Assises du journalisme pour rencontrer Denis Robert. Figure du journalisme d’investigation, il s’intéresse depuis quelque temps aux nouvelles pratiques du journalisme. Il vient, par ailleurs, de publier «Vue imprenable sur la fin du monde», un road-trip autobiographique qui retrace, de manière intime, son parcours singulier.(Rediffusion du 23 novembre 2013).

Publicité

C’est une des figures françaises du journalisme d’investigation. Pendant douze ans, de 1983 à 1995, il a travaillé pour Libération comme correspondant dans l’Est de la France où il vit toujours, puis journaliste à Paris. Il s’est rendu célèbre en 1996 en publiant un livre au titre limpide, «Pendant les affaires, les affaires continuent» consacré aux malversations politico-financières. Un sujet qu’il continuera à suivre, se rendant plus célèbre encore par ses révélations sur la multinationale Clearstream auxquelles il consacrera plusieurs livres et films. Une affaire qui l’occupera près de 10 ans. Il y aura aussi une «affaire dans l’affaire», à laquelle certains voudront le mêler : celle liée à la manipulation de fichiers clients Clearstream. Multiples procès, condamnations, il affirmera en 2008 qu’il «jette l’éponge», qu’il arrête d’enquêter sur cette firme et ses méthodes douteuses.

 

En parallèle de son travail journalistique (qu’il décline déjà en films, en livres et sur un blog), Denis Robert est également auteur de plusieurs romans et plasticien. Il vient de publier «Vue imprenable sur la folie du monde», un récit très intime qui revient notamment sur une récente période d’improductivité littéraire. Impossible d’écrire une ligne pendant des mois, juste après une annonce qui aurait pourtant dû le libérer : sa victoire en cassation le 3 février 2011 contre la multinationale Clearstream qui l’avait poursuivi et avait même réussi à le faire condamner pour son travail d’enquête. S’en suit un voyage en voiture en compagnie du fils de l’auteur. Le récit est romancé mais il est prétexte pour parler de l’évolution du monde, de la désindustrialisation, des paradis fiscaux, du pouvoir alarmant de l’argent et de la finance mondiale.

Lire la suite sur l’Atelier des médias

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.