Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

La Chine triomphe à l’Apec

Audio 03:07
Le président chinois, Xi Jinping.
Le président chinois, Xi Jinping. REUTERS

Le sommet de l'Apec, qui s'est tenu cette semaine à Pékin, est un succès complet pour la Chine. Avec ses voisins comme avec ses rivaux d'antan, le président Xi Jinping a placé son pays au centre de tous les accords annoncés.

Publicité

L'accord sur le climat, passé avec les Etats-Unis et annoncé il y a quelques heures, c'est un peu la cerise sur le gâteau. Cet engagement à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de la part des deux plus grands pollueurs de la planète était préparé de longue date. Dans les résultats escomptés, il est en dessous des objectifs fixés par les climatologues, mais il envoie un signal politique très clair : c'est la promesse de la Chine qui donne un élan à la lutte contre le réchauffement.

La Chine, en passe de devenir la première puissance mondiale, est plus qu'un acteur incontournable de toutes négociations à venir, c'est maintenant le rôle de chef d'orchestre qu'elle entend assumer. En témoigne la relance du projet de zone de libre-échange au sein du forum de coopération Asie-Pacifique annoncé hier. C'est-à-dire un projet où la Chine est au centre, contrairement au traité transpacifique défendu par les Etats-Unis qui excluait la Chine.

Pékin a aussi saisi cette occasion pour signer le traité de libre-échange avec son voisin sud-coréen et un accord d'abaissement des droits de douanes avec les Etats-Unis sur les produits technologiques.

Pékin a par ailleurs signé avec la Russie un nouvel accord cadre de fourniture de gaz

Là encore, la Chine démontre qu'elle est au centre du jeu en matière de diplomatie énergétique. Avec cet accord, les Russes, aujourd'hui soumis aux sanctions occidentales, diversifient leurs débouchés. Pékin élargit ses sources d'approvisionnement tout en exacerbant la concurrence à venir avec le gaz de schiste que les Américains exporteraient volontiers vers l'Asie.

Pour compléter sa démonstration de force sur le terrain commercial, la Chine présente en ce moment ses ambitions dans le ciel au salon aéronautique de Zhuhai. Le constructeur chinois Comac a d'abord annoncé de nouvelles commandes pour son moyen-courrier, le C919 qui sera bientôt sur le marché. Et puis il a fait sensation avec un projet de long-courrier d'une capacité comparable à celle de l'A350, le dernier né d'Airbus.

La Chine veut mettre fin au duopole Boeing Airbus ?

Et elle n'est pas la seule, la Russie partage le même objectif. La Comac a créé une co-entreprise avec le russe UAC pour mettre au point ce futur appareil. Comme avec le gaz, les frères ennemis d'hier deviennent des alliés pour sortir de la dépendance à l'égard des Occidentaux. Ils ont l'intention d'utiliser des matériaux et des technologies qu'ils ne maitrisent pas pour le moment, d'où les doutes sur la faisabilité du projet. Mais le calendrier est précis, l'appareil serait commercialisé d'ici moins de dix ans. 


EN BREF DANS L'ECONOMIE

En Afghanistan nouveau record de production en vue pour l'opium

En 2014, les surfaces plantées en pavot ont encore augmenté de 7 % pour atteindre un sommet historique avec 220 000 hectares cultivés. C'est trois fois plus qu'il y a 12 ans, c'est-à-dire avant l'intervention américaine. La lutte contre la prolifération de cette activité est un échec complet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.