Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Grave pénurie de beurre au Japon

Audio 01:46
Suite à une pénurie de beurre, le Japon importe d'urgence des tonnes du produit laitier.
Suite à une pénurie de beurre, le Japon importe d'urgence des tonnes du produit laitier. Meanos/ Wikimedia Domain Public

Le gouvernement japonais importe d'urgence des milliers de tonnes de beurre, la pénurie de ce produit laitier frappe l'archipel.

Publicité

La planète regorge de lait, mais le Japon manque de beurre, au point que les magasins rationnent les consommateurs à une plaquette par personne depuis quelques jours. A l'approche des fêtes, le gouvernement japonais s'est décidé à importer de nouveau 3 000 tonnes de beurre, en plus des 7 000 tonnes qui avaient déjà été commandées au mois de mai dernier, au vu de la faible production laitière dans l'archipel cette année.

La sécheresse de l'été 2013 n'a pas permis de fournir suffisamment de fourrages aux ruminants, la chaleur a aussi provoqué des mammites en chaîne chez les vaches, altérant la qualité du lait. Cette mauvaise conjoncture météo s'est conjuguée avec un mouvement de fond : les éleveurs nippons abandonnent la production laitière, pas assez rentable, leur cheptel a diminué de moitié en 30 ans.

Pour autant, le Japon n'a pas ouvert en grand son marché aux importations étrangères de lait et de beurre, taxées à 30 % si elles ne sont pas décidées par l'administration japonaise. C'est tout le paradoxe de la politique agricole nippone, restée très protectionniste, alors que le Japon doit importer près de 70 % de son alimentation aujourd'hui. Les taxes douanières augmentent le prix des denrées pour les consommateurs, mais les agriculteurs japonais n'en craignent pas moins la fin annoncée des barrières douanières si le traité de libre-échange transpacifique entre en vigueur. Ils risquent de ne pas résister à des importations beaucoup moins chères.

En attendant, les producteurs nippons fournissent avant tout les magasins en lait frais, mieux rémunéré que lorsqu'il sert à fabriquer du beurre, d'où la pénurie en cette matière grasse dans les commerces au Japon. L'archipel nippon a donc commandé d'urgence du beurre et de la poudre de lait, surtout à la Nouvelle-Zélande. Une aubaine pour le premier producteur mondial, confronté à une chute des prix du lait, trop abondant ailleurs qu'au Japon : en Océanie, aux Etats-Unis et en Europe, car la Russie a fermé son marché aux produits laitiers occidentaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.