Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

A l’école kurde en Turquie

Audio 19:30
Ecole primaire kurde à Diyarbakir. Un enfant qui apprend l'alphabet kurde.
Ecole primaire kurde à Diyarbakir. Un enfant qui apprend l'alphabet kurde. © Anne Andlauer

Pour les Kurdes de Turquie, c’est un symbole très fort. Pour la première fois, une école en langue kurde a ouvert ses portes dans la ville de Diyarbakir dans le sud-est du pays, une région à majorité kurde. Une école, mais une école privée, là est toute la subtilité. La bataille n’a pas été facile pour maintenir les portes de l’établissement ouvert, et le gouvernement Erdogan refuse toujours de franchir la ligne rouge, à savoir l’autorisation d’écoles publiques en kurde. Alors qu’Ankara cherche à faire la paix avec l’organisation armée du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan, cette école est un défi pour les deux partis. Anne Andlauer s’est rendue dans une de ces classes, où l’on fait cours en kurde.

Publicité

 

La rumeur a fait grand bruit. Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, le rapport demandé par Berlin et Paris à deux économistes de renom, Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein, préconiserait le blocage des salaires en France pendant 3 ans. Les Français qui réduisent déjà leur train de vie, du fait de la crise, verraient ainsi leur pouvoir d’achat plonger. Mais, les Français sont-ils vraiment à plaindre ? Selon les chiffres d’Eurostat et de l’Institut GFK, ils disposent en fait d'un pouvoir d'achat relativement élevé comparé à celui de certains de leurs voisins européens. Pour en parler, on retrouve Daniel Vigneron, directeur du site Myeurop.info.

Il y a sept ans, les images sur les conditions de vie déplorables des enfants placés en orphelinat avaient créé le scandale en Bulgarie. Aujourd’hui, les mornes bâtisses d’un autre âge ont changé, et devraient être remplacées par des structures plus petites et plus humaines. Mais surtout le pays veut privilégier plus que tout l’adoption sur le placement en institution. Non sans mal. Deux mille bébés, surtout d’origine rom, sont encore abandonnés tous les ans dans le pays. A Sofia, Damian Vodenitcharov est allé visiter ces orphelinats qui essaient de faire mieux, à défaut de faire très bien…

La mauvaise publicité est-elle encore de la publicité? Le créateur britannique d’un jeu pour Smartphone en fait l’expérience. Son application Plague inc, a 35 millions d’adeptes. Et le principe tient en quelques mots : tuer la planète à coups de virus. Un concept qui passe très mal en pleine épidémie Ebola. La société éditrice a dû donc consentir à quelques aménagements pour un jeu très peu politiquement correct… A Londres, Marie Billon.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.