Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Le Yaybahar, un nouvel instrument qui a du ressort

Audio 19:30
Inventé il y a 5 ans, le Yaybahar n'a accèdé à la notoriété qu'il y a un mois seulement.
Inventé il y a 5 ans, le Yaybahar n'a accèdé à la notoriété qu'il y a un mois seulement. © Anne Andlauer

Le Yaybahar est un instrument unique au monde. De fabrication rudimentaire, il offre pourtant une palette de sons infinis, inattendus, indescriptibles, si bien que même son inventeur turc – Görkem Sen ne cesse de s’en étonner. Alliant musiques traditionnelle et moderne, l’artiste incite celui qui l’écoute au voyage hors du temps et de l’espace. Rencontre en musique avec son créateur, signée Anne Andlauer.

Publicité

Et aussi:

Une seule mission: répandre la joie de Noël (et aussi boire des coups)
Une seule mission: répandre la joie de Noël (et aussi boire des coups) Marie Billon

Petits papas pintés. C’est une tradition venue des États-Unis, mais Londres s’y plie depuis 2001 : le Santacon, aussi appelé Merry Pub Crawl, comprenez : la Joyeuse Tournée des pubs. Quelques jours avant Noël, des centaines de Père Noël venant des quatre coins du Royaume-Uni, se sont retrouvés ce samedi pour répandre la joie de Noël et surtout lever leur verre. Marie Billon.

Start-up contre la crise. Coincé entre ses créanciers et la contestation populaire, le gouvernement grec vient d’adopter un budget 2015 qui ne satisfait personne… Plus de 10 000 personnes ont manifesté dimanche soir à Athènes contre la poursuite de la politique d’austérité.
Cela fait 4 ans désormais que les Grecs essaient de vivre avec la crise.
Et qu’ils se montrent plutôt inventifs. Avec, par exemple, le développement d’un secteur inattendu de l’économie, celui des start-up, qui ont le vent en poupe… C’est un reportage de François Chevré.

Chronique livre. « Mieux vaut être belge et complexé que Français et déprimé ». Une fausse maxime qui donne le titre du dernier livre de Dominique Watrin, journaliste et chroniqueur sur la radio publique belge RTBF. L’auteur y invite les Français à venir s’installer en Belgique où la vie serait meilleure. Il s’adresse avant tout à ceux qu’il appelle les cocus de la République. A qui pense-t-il en particulier ? C’est la première question que lui a posé Nicolas Feldman.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.