Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Stocker le CO2 ne compensera pas la combustion croissante de charbon

Audio 01:44
Une centrale de charbon à Pékin.
Une centrale de charbon à Pékin. REUTERS/David Gray

Face à la croissance inexorable de la consommation de charbon, le stockage du CO2 ne sera pas la panacée.

Publicité

Capturer et stocker le CO2 ? L'idée est séduisante puisque la consommation de charbon va continuer de croître, inexorablement, avec son cortège d'émissions de gaz à effet de serre. La solution vient d'être mise en oeuvre dans l'ouest du Canada (au début du mois d'octobre) : l'entreprise publique Saskpower recueille désormais le gaz qui s'échappe de sa centrale thermique pour l'enterrer par gazoduc à plus de 3000 mètres sous terre.

C'est l'unique stockage de CO2 à échelle industrielle au monde, et pour cause : il a coûté un milliard d'euros, dont pas mal de subventions. L'installation est idéalement située : proche, à la fois d'une mine de charbon, qui alimente la centrale thermique, et d'un gisement d'hydrocarbures : en y enfouissant le CO2, on fait sortir le pétrole jusqu'à la dernière goutte. Une configuration rare, qui intéresse toutefois les Chinois et les Indiens, dont la consommation de charbon va continuer à croître et qui ont leurs propres mines de charbon.

Aux Etats-Unis, en revanche, les projets de capture de CO2 sont au point mort : ce n'est plus le charbon, plutôt le gaz, qui a la cote. En Europe, investir une telle somme serait aberrant aujourd'hui que les entreprises peuvent polluer l'air à bon compte, le prix du quota de CO2 ne vaut plus rien. Enfin cette solution n'est pas sans risque de fuite de CO2 dans le sous-sol, qui pourrait entraîner le voyage de métaux lourds vers les nappes d'eau potable.

Les expériences de Total (à Lacq, sud-ouest) et d'Alstom (au Havre, nord-ouest) en France sont donc restées des projets pilotes. L'Agence internationale de l'énergie ne croît d'ailleurs pas au stockage du CO2. Elle encourage plutôt les pays qui brûlent du charbon... à le faire plus proprement, et déplore que de l'Afrique du Sud à l'Asie du Sud-Est, on construise de nouvelles centrales à charbon sur le modèle des anciennes, les plus sales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.