Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Milan-Paris, le train de l’espoir ?

Audio 19:30
Contrôle des papiers de passagers du train Euronight 220 Milan-Paris par la PAF police aux frontières.
Contrôle des papiers de passagers du train Euronight 220 Milan-Paris par la PAF police aux frontières. AFP/JEAN-PIERRE CLATOT

Les chiffres, toujours le chiffre. Le nombre de migrants, qui ont tenté de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe a doublé entre 2013 et 2014. La plupart ont une obsession: rejoindre la Suède qui accorde l’asile à tous les Syriens, ou le Royaume-Uni réputé plus généreux dans la délivrance du statut de réfugié. Débarqués sur les côtes sud du continent, ils sont des centaines à tenter de monter à bord du train Milan-Paris, l’Euronight 220, qui part tous les soirs à 23h05. Un voyage à haut risque car les polices italiennes, suisses et françaises se relaient, pour renvoyer en Italie tous les migrants qui se sont d’abord enregistrés dans ce pays. Comme le veut la convention de Dublin. Katia Bitsch est allé à Milan, pour monter à bord de ce train mal nommé « le train de l’espoir ».

Publicité

Peut-il y avoir une alternative aux cours de religion dans les écoles polonaises ? La réponse est oui. Les parents tout comme les élèves peuvent désormais choisir l’option cours d’éthique. Mais, la pression est forte pour les décourager. L’Eglise estime qu’il s’agit là d’une guerre déclarée contre le catéchisme. Le débat a, à nouveau, agité les salles de classe, au début de la rentrée scolaire. Reportage à Varsovie de Maya Szymanowska.

Voilà un documentaire qui donne autant de frissons que de fous rires. En tout cas, c’est un film dérangeant. Dans, Im Keller, littéralement « dans la cave », le cinéaste autrichien Ulrich Seidel est allé scruter les profondeurs de ses compatriotes, au propre comme au figuré. Le résultat est décapant, comme nous le raconte depuis Vienne Nathanael Vittrant.

La chronique livres avec Marc Roche, ancien correspondant du journal Le Monde à Londres, qui vient d’écrire « Banksters » aux éditions Albin Michel. Banksters, c’est un peu le journal d’un économiste libéral qui doute sérieusement des vertus du capitalisme quand il n’est pas encadré et surtout de la probité des banquiers.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.