Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Minority Report en vrai, Hitachi prédit les crimes

Audio 02:04
Scène tirée du film «Minority Report» de Steven Spielberg, avec Tom Cruise.
Scène tirée du film «Minority Report» de Steven Spielberg, avec Tom Cruise. UFD

Le crime ne paie pas, surtout si on est capable de le prévoir ! Comme le propose la firme high-tech japonaise Hitachi qui a mis au point un logiciel permettant de prévenir et de géolocaliser les délits à venir. Ce système d’intelligence artificielle, qui fonctionne automatiquement sans la moindre intervention humaine sera testé dans les prochains jours aux Etats-Unis.

Publicité

 

Prédire l'avenir a toujours été la marotte des mathématiciens et des auteurs de livres de science-fiction !  C’était l’un des thèmes préférés du célèbre scientifique Isaac Asimov. Il avait imaginé dans ses romans d’anticipation une nouvelle science, qu’il avait nommé  « psychohistoire », permettant de deviner le futur de l’humanité. « Pouvons-nous prédire les crimes sans aboutir fatalement à un Etat policier et totalitaire ? », se demandait plus précisément Philip K. Dick en 1956 en rédigeant une nouvelle intitulée Minority Report, et qui a été portée à l’écran en 2002 par le réalisateur Steven Spielberg.

Mais la réalité a depuis longtemps dépassé la fiction, grâce à l’informatique. La police de Baltimore, de Philadelphie et les autorités de Washington DC aux États-Unis utilisent déjà un logiciel pour prévenir les meurtres pouvant être commis par des adolescents récidivistes. Même système au Royaume-Uni, qui concerne cette fois les adultes.

Aujourd’hui, l’entreprise japonaise Hitachi va beaucoup plus loin. Le géant du high-tech nippon affirme avoir mis au point un programme d’intelligence artificielle, capable de prédire la criminalité dans une ville en analysant  une importante quantité de données. Le système fonctionne automatiquement et en permanence, il passe en revue les rapports et les statistiques de la police et suit les prévisions météorologiques, les assassinats étant plus fréquents les jours de mauvais temps. Le programme analyse également les conversations échangées sur les réseaux sociaux pour ensuite afficher en couleurs sur une carte numérique de la ville, les zones géographiques où se produiront des actes criminels.

Il s’agit d’une « machine qui apprend par elle-même » en décryptant des données brutes, explique Hitachi. Aucune intervention humaine n’est nécessaire ou même souhaitable ajoute l’entreprise. « Confronté aux dizaines, voire centaines de variables susceptibles d’impacter, la criminalité, un cerveau humain est tout simplement dépassé » argumente-t-elle. Six villes américaines devraient tester ce programme d’ici à la fin octobre. Un dispositif façon Minority Report pour de vrai ! Avec une technologie prédictive, dont la fiabilité est loin d’être prouvée, qui risque de tous nous transformer bientôt en présumés coupables… Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.