Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

A la Une : bienvenue 2016 !

Audio 04:26
© AFP/Pius Utomi Ekpei

Publicité

Le site d’information guinéen Ledjely.com nous dresse un rapide état des lieux des pays francophones du continent en ce début 2016. Comme chaque nouvelle année, les attentes sont grandes… « En Guinée, le pire semble être passé avec l’épidémie d’Ebola dont le pays vient de sortir et les élections qui se sont tenues en octobre. (…) L’optimisme est d’autant plus permis que le profil du nouveau Premier ministre, Mamady Youla, tend à conforter la volonté de rupture du président Alpha Condé. Et ce sont des sentiments identiques qui animent Ivoiriens et Burkinabè, pointe aussi Ledjely.com. En effet, dans ces deux autres pays, les perspectives sombres sont plutôt derrière. Réélu avec un très confortable score, Alassane Ouattara dispose suffisamment de légitimité pour poursuivre les réformes et la remise en l’état de l’économie ivoirienne. Il est juste à souhaiter qu’il s’attaque de manière un peu plus sincère au chantier de la réconciliation nationale. Pour son homologue et voisin, Roch Marc Christian Kaboré, il est également à prévoir que 2016 ne soit pas pire que 2015. (…) Au Mali, sans être dramatiques, les prévisions ne sont pas forcément rassurantes. En témoigne le fait que le pays ait été privé des festivités de fin d’année, en raison d’un état d’urgence rendu nécessaire par la menace terroriste. (…) Chez Mahamadou Issouffou aussi, sans être catastrophiste, on a toutefois des raisons de s’inquiéter, estime le site guinéen. S’il est vrai que la controverse autour du scrutin de février n’a pas l’air de dépasser certaines limites, par contre Boko Haram est loin d’être vaincu. Or, le danger permanent qu’Abubakar Shekau et ses hommes font planer en permanence sur Niamey ne favorise pas les conditions de lutte contre la pauvreté qui tenaille les populations. »

Enfin, « deux pays sont totalement irrécupérables, s’exclame Ledjely.com. Il s’agit du Congo de Denis Sassou Nguesso et du Burundi de l’entêté Nkurunziza. Dans le premier, le président a fait passer la modification constitutionnelle. (…) Au Burundi, Pierre Nkurunziza a également fait du forcing. Mais les conséquences sont le drame que vit aujourd’hui le pays. Une situation qui, malheureusement, pourrait davantage s’accentuer, vu que les protagonistes sont réciproquement dans des logiques jusqu’au-boutistes. »

Kagamé atteint de « tripatouillite »…

Autre pays montré du doigt en ce début 2016 : le Rwanda… « Kagamé tombe le masque », lance Le Pays au Burkina. « Après Pierre Nkurunziza et Denis Sassou Nguesso qui ont opéré un passage en force pour s’accrocher au pouvoir et pendant que Joseph Kabila, bistouri en main, s’apprête à charcuter la Constitution de son pays pour s’éterniser dans son palais, l’homme mince de Kigali, Paul Kagamé, vient de franchir, lui aussi, le Rubicon en contractant le virus de la 'tripatouillite' par son annonce de briguer un troisième mandat en 2017. »

De ce fait, relève Fasozine, « le président rwandais a proprement irrité les Etats-Unis qui se disent 'profondément déçus' par cette attitude. En effet, Paul Kagamé est désormais considéré comme un fossoyeur de la démocratie, contre les attentes de Washington qui voyait en lui un homme d’Etat capable de laisser faire le jeu de l’alternance en passant la main au bout des deux mandats consacrés par la Constitution de son pays. (…) Kagamé perd donc toute l’estime de son plus grand allié. Et cela non pas à cause des performances économiques de son pays qui, faut-il le rappeler, font du Rwanda un modèle à suivre en Afrique, mais parce qu’il a choisi le pouvoir à vie au détriment du renforcement des institutions démocratiques. »

Tourner la page noire

Enfin, on revient sur la situation du Mali qui a connu une année 2015 difficile… « On était tous pressés de tourner la page noire de 2015, soupire L’Indicateur du Renouveau à Bamako. Avec plus de 200 attaques terroristes dont les plus retentissantes ont été celles menées contre l’hôtel Radisson et l’hôtel de Mopti, on souhaite ardemment que l’année passée devienne vite un mauvais souvenir. Il faut espérer que la nouvelle voit la mise en application pratique de l’accord de paix d’Alger (…) et que le processus DDR, (démobilisation, désarmement et réinsertion) soit une réalité. (…) En tout cas, conclut L’Indicateur du Renouveau, en 2016 nous souhaitons l’amorce d’un nouveau virage pour nous éloigner des guerres, des scandales et surtout qui nous permettra d’envisager l’avènement du Mali nouveau. Pour cela, que chacun joue son rôle ! »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.