Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L'Europe de plus en plus dépendante du gaz russe

Audio 01:32
Le siège de Gazprom, en Russie.
Le siège de Gazprom, en Russie. REUTERS/Maxim Zmeyev/Files

Les tensions entre l'Europe et la Russie n'empêchent pas le gaz russe de progresser dans l'approvisionnement européen.

Publicité

Sanctions ou pas, l'Europe est de plus en plus dépendante de la Russie pour se fournir en gaz. Gazprom vient d'annoncer avoir vendu l'an dernier 8 % de gaz supplémentaires à ses partenaires européens. Une façon de démontrer que l'Europe a beau se fâcher au sujet de l'Ukraine, elle ne peut échapper à son voisin russe pour son approvisionnement gazier. Les analystes confirment cette évolution.

L'augmentation du flux gazier russe vers l'Europe est très nette si l'on observe par exemple le gazoduc Nord Stream, celui qui évite l'Ukraine en passant par la Baltique : il a fonctionné au maximum de ses capacités en 2015, remarque Thierry Bros, expert à la Société Générale. Et pas seulement pour compenser la baisse des flux via l'Ukraine.

Des besoins gaziers supérieurs en 2015

L'Europe a eu des besoins gaziers supérieurs en 2015, l'hiver était un peu plus froid qu'en 2014. Pour y faire face, la production européenne de gaz n'a pas été à la hauteur : les Pays-Bas sont même redevenus importateurs nets de gaz, après avoir mis un sérieux coup d'arrêt à l'extraction du gaz dans la province de Groningue, où la terre tremblait un peu trop.

L'Algérie n'a pas pu pallier le manque à produire néerlandais, la production algérienne de gaz a également chuté et elle est de plus en plus consommée localement. Les exportations de la Norvège sont à leur maximum. Le gazoduc acheminant le gaz de l'Azerbaïdjan par la Bulgarie n'est pas encore opérationnel. Enfin le gaz naturel liquéfié venu du Qatar ou des États-Unis, reste très cher par rapport au gaz russe, dont les coûts de production sont imbattables. L'Europe, qui a écarté l'extraction des gaz de schiste de son territoire, est donc de plus en plus dépendante du gaz russe, qu'elle le veuille ou non.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.