Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une : Benzema, de stupéfiants nouveaux soucis

Audio 05:34
Karim Benzema, photographié en compagnie de son entraîneur au Real Madrid, Zinédine Zidane, en janvier 2016.
Karim Benzema, photographié en compagnie de son entraîneur au Real Madrid, Zinédine Zidane, en janvier 2016. AFP PHOTO/ GERARD JULIEN

Publicité

Karim Benzema à nouveau dans la tourmente. Selon le journal Libération, l’attaquant du Real Madrid a été « discrètement » entendu dans le cadre d’une enquête pour « blanchiment en bande organisée » visant une société dont il est actionnaire.

Déjà empêtré dans l’affaire de la vidéo que l’on sait, mettant en scène les activités intimes du footballeur Mathieu Valbuena et de son épouse, Benzema voit son nom accolé à une « nouvelle embrouille », lance en Une Libération.

Il s’avère qu’il n’y a pas si longtemps, Karim Benzema était actionnaire, à hauteur de 45 % du capital, d’une société ayant pour nom de BH Event's. Cette société avait acheté un fonds de commerce dans le VIIIe arrondissement de Paris, pour y ouvrir un restaurant baptisé Cosy, près des Champs-Elysées.

Dans les statuts de cette société que Libération a consultés, il est précisé que le footballeur avait délégué « tout pouvoir » à un associé « tout en se portant caution à hauteur de 2,5 millions d'euros pour la vente ». C’est justement de cette vente du Cosy qu’il va être question tout à l’heure.

Mais avant cela, Libé fournit d’autres précisions qui nous permettront de mieux comprendre cet embrouillamini. L’associé-gérant de Benzema s’appelle Steve et la première lettre de son patronyme est « G », précise le quotidien. Au restaurant, le dénommé Steve G. se présente comme un « fin gourmet », dont les « plats gastronomiques de qualité sauront réveiller vos papilles ».

Mais le « loustic » (c’est ainsi que l’appelle Libération) a du mal à s’improviser restaurateur et le Cosy tourne au « gouffre financier ». « Quatre mois plus tard, en juillet 2015 », relate encore ce journal,« les pieds nickelés » tentent de « retomber sur leurs pattes » et décident brusquement de revendre le fonds de commerce.

Toujours selon Libération, le fonds de commerce a été revendu « avec une perte sèche de deux millions d'euros ». Et les enquêteurs se demandent si, en fait, l'achat et la construction du restaurant n'ont pas servi à blanchir des fonds, pour partie issus du trafic de stupéfiants. Du reste, Libé se fait plus précis encore, en affirmant qu’un « gros bonnet du trafic de drogue aurait cherché à blanchir son magot à travers le restaurant » !

Voilà ! Commentaire du quotidien qui révèle cette affaire, « pour ne pas avoir su dire non à son entourage, voilà à nouveau (Benzema) mêlé à des histoires qui peuvent se terminer derrière les barreaux ».

Comme le déplore L’Equipe, « Benzema, ça ne s’arrange pas ». Le quotidien sportif consigne sobrement en pages intérieures que le footballeur a été entendu comme témoin dans le cadre de cette enquête pour « blanchiment de trafic de stupéfiants ».

Le journal a contacté tard hier soir des membres de la Fédération française de football pour leur demander leur réaction. Ces derniers sont « tombés des nues », note L’Equipe. Et rappelant que le président de la FFF a toujours défendu Benzema dans l’affaire de la vidéo, le journal sportif pense que ce matin, Noël Le Graët « doit se sentir un peu floué ».

Air France : plateaux repas en soldes

Air France s’apprête à ouvrir le capital de Servair. Selon l’édition en ligne de La Tribune, le processus de cession d’une « grosse » partie du capital de la filiale d’Air France spécialisée dans la restauration à bord « s’accélère ». Le journal économique précise que la compagnie aérienne française veut « céder dans un premier temps près de 50 % du capital de Servair ».

La Tribune affirme que « trois candidats sortent du lot » pour cette reprise, dont un Français. Ils sont quatre, renchérit le journal économique Les Echos. Et l’édition en ligne du quotidien Le Figaro ajoute qu’Air France-KLM « pourrait (...) réduire dans un deuxième temps sa participation (dans Servair) pour n'en conserver que 20% ».

Brésil : grandeur et décadence des stars

Les événements se précipitants, la presse écrite a du mal à en suivre le rythme. Mais Le Figaro la résume d’une formule liminaire en affirmant que « la peur commence à s’installer au Brésil ». Quant au journal Libération, évoquant une fois encore « l’icône fracassée » qu’est désormais l’ex-président Lula, il admet que les mythes « peuvent aussi mourir ». Ainsi passe la gloire du monde…

Procréation : le manifeste des 130

Et puis cet appel de scientifiques pour faciliter la maternité en France. Appel lancé dans Le Monde par plus de 130 médecins et biologistes de la reproduction qui reconnaissent avoir « aidé et accompagné des couples et des femmes célibataires dans leur projet d’enfant dont la réalisation n’était pas possible en France ».

Par cet aveu, souligne le quotidien du soir, ils s’exposent « en théorie » à des poursuites judiciaires. Mais cet « outing » collectif s’est imposé à eux afin de placer la France devant ses responsabilités et ses « incohérences », ajoute Le Monde, car, selon ces scientifiques, « trop de blocages empêchent l’aboutissement d’un désir d’enfant qui gagne des couples différents et des femmes plus âgées que par le passé ».

Climat : hiver tiède et chauds lapins

Une fois n’est pas coutume, terminons par un sujet qui passionne les Français : la météo. Dans les pays du Nord, sous les latitudes de la France, quatre saisons rythment la vie. Lundi, ce sera le printemps. Mais c’est à se demander si l’hiver, qui s’achève, a jamais existé. Et pour cause, puisqu’en France, il a été le plus doux « depuis un siècle », souligne La Croix en manchette, car un nouveau record de chaleur y a été établi le mois dernier.

Alors, on sait l’impact de la météo sur la nature. « Avec une telle séquence climatique, il n’est pas étonnant de noter des anomalies de comportement chez les animaux, domestiques et sauvages », note le quotidien catholique. Qui illustre son propos. Ainsi, cet hiver, « la population de lapins a beaucoup augmenté en Île-de-France, les femelles mettant au monde de plus grandes portées », nous apprend La Croix ! Comme quoi, lorsque l’hiver est clément, les chauds-lapins n’ont pas froid aux yeux…

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.