Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le succès de la voiture électrique fait pâlir le palladium

Audio 01:44
©REUTERS/Ilya Naymushin

Alors que les métaux précieux se portent bien depuis le début de l'année, le palladium est à la traîne. Le métal catalyseur des pots d'échappement des voitures à essence n'a plus la cote, face à l'essor de la voiture électrique.

Publicité

 

Le succès de la voiture électrique fait pâlir le palladium. Avec le platine, le palladium est pourtant un métal précieux, un groupe de matières premières qui a rebondi fortement depuis le début de l'année, plus 20% pour l'or, plus 23,5% pour l'argent, plus 18% pour le platine. Mais le palladium n'a gagné que 5% depuis son grand creux de janvier. Moins de 600 dollars l'once, ce n'est pas très brillant, alors que l'on évoque tous les ans un déficit de palladium, qui devrait doper les prix.

Au contraire, le fonds spécialisé créé il y a deux ans à Johannesburg s'est littéralement effondré. Les investisseurs ne croient plus au palladium. Le métal sert principalement de catalyseur dans les pots d'échappement des voitures à essence. Mais ce débouché majeur est mis en cause par l'essor de la voiture électrique.

Le premier producteur mondial de palladium Norilsk a beau balayer d'un revers de main cette concurrence, Metal Focus a calculé que 1% de plus de voitures électriques feraient chuter de 100 000 onces la consommation de platinoïdes, c'est 4% tout de même de la production de palladium du géant russe !

Norilsk annonce qu'il va racheter les stocks de palladium de la banque centrale russe et des fonds d'investissement qui selon lui encombrent le marché. Le groupe minier russe souhaite aussi relancer la promotion du palladium dans la bijouterie, qui n'a jusqu'à présent pas percé comme le platine. Mais il faudrait avant tout, estime Didier Julienne expert des métaux, « que Norilsk soit davantage un producteur du 21e siècle, qu'il prévoit sa production en fonction de la consommation à venir. Il n'y a que deux grands producteurs de palladium, la Russie et l'Afrique du Sud, et ils ne sont toujours pas parvenus à une discipline » dans ce domaine. La production sud-africaine de palladium a même bondi de 32% après les grèves de 2014.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.