Accéder au contenu principal
Invité Afrique

RDC: il n'y a «pas la volonté politique de tenir les élections» dans les temps

Audio 03:58
Le président congolais, Jospeh Kabila, au côté de sa femme, Marie Olive Lembe, lors des célébrations de l'indépendance de la RDC à Kindu, le 30 juin 2016.
Le président congolais, Jospeh Kabila, au côté de sa femme, Marie Olive Lembe, lors des célébrations de l'indépendance de la RDC à Kindu, le 30 juin 2016. REUTERS/Kenny Katombe

En République Démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila doit - en théorie - passer la main à la fin de l'année en raison de la limitation du nombre de mandats inscrite dans la Constitution. Mais le président congolais se tait et entretient le flou sur ses intentions. « Congo : une bataille électorale périlleuse », c'est le titre d'un rapport que vient de publier le Groupe d'étude sur le Congo, basé à New York. RFI reçoit l'un de ses chercheurs, Jason Stearns.

Publicité

« On constate depuis plusieurs années, depuis le début de ce cycle électoral, qu’il n’y a pas la volonté politique de tenir les élections à la date constitutionnelle. On a créé des retards artificiels en traînant les pieds, en repoussant pour gagner du temps. C’est ça le fameux glissement électoral dont on parle au Congo. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.