Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

Massacre du 28-Septembre en Guinée: la FIDH veut un procès «dès maintenant»

Audio 05:08
Ibrahima Diallo a été piétiné en essayant de s'échapper pendant le massacre du 28 septembre 2009. «A l'entrée du stade, les militaires étranglaient des gens à mort. Certains les poignardaient.»
Ibrahima Diallo a été piétiné en essayant de s'échapper pendant le massacre du 28 septembre 2009. «A l'entrée du stade, les militaires étranglaient des gens à mort. Certains les poignardaient.» FIDH/Tommy Trenchard

En Guinée, il y a sept ans, le 28 septembre 2009, un meeting de l'opposition tournait au bain de sang. Bilan de la répression menée par les forces de l'ordre : au moins 150 personnes tuées et 109 femmes violées. Sept ans plus tard, l'instruction n'est toujours pas bouclée. Le ministre de la Justice promet un procès au premier semestre 2017, mais les victimes s'impatientent et avec elles, Florent Geel, directeur Afrique de la FIDH, partie civile aux côtés des victimes dans cette affaire.

Publicité

« C'est la première fois en Guinée que des militaires de hauts rangs seront jugés pour des violations graves des droits humains. En 40 ans de régime militaire ou paramilitaires en Guinée, aucun militaire de haut rang n'a répondu de crimes graves alors que des répressions incroyables ont eu lieu... »

Cliquez pour afficher le diaporama:
FIDH/Tommy Trenchard

Site de l’exposition « Guinée : en attente de justice »

Pour en savoir plus :

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.