Accéder au contenu principal
Atelier des médias

La vulgarisation des savoirs est-elle compatible avec YouTube ?

Audio 49:30
© ManonBril (YouTube)

La plupart d’entre nous consacre aujourd’hui beaucoup de temps aux vidéos publiées sur la plateforme YouTube. Et YouTube, c’est évident, est en passe de devenir la plateforme grand public pour héberger toutes sortes de vidéos. Oui, personne ne dira le contraire, on y trouve tout et n’importe quoi, des vidéos insensées, des archives formidables, des séquences parfois violentes ou insoutenables, de belles productions amateurs, ou encore des diaporamas sonores sortis d’on ne sait quelle imagination en délire.

Publicité

Ajoutez à ce quasi-monopole de YouTube sur l’hébergement de vidéos les dernières statistiques en matière d’usage du mobile, et là,vous pouvez prendre la mesure des enjeux. Pour la première fois, l’Internet mobile a dépassé, en ce mois d’octobre 2016, l’Internet fixe dans le monde. Autrement dit, à la croisée du mobile et des plateformes comme YouTube, il y a des millions et des millions d’internautes.

 
Et c’est là que se joue aujourd’hui toute une partie des représentations et des images qui irriguent nos esprits, nos conversations et nos connaissances. Mais, le savoir est-il seulement compatible avec YouTube ?
Ou pour poser la question autrement :  pourquoi ne pas profiter de ce spot mondial pour partager joyeusement le meilleur de nos connaissances ?  

Pour tenter d’y répondre, nous nous sommes installés dans le grand studio de RFI en compagnie de trois vidéastes qui, sur YouTube, se sont lancés dans la vulgarisation des savoirs :  

→ Manon Bril, de la chaîne «C’est une autre histoire»,
→ Leo Grasset, de «Dirty Biology»,
→ et Mardi Noir qui propose aux internautes, je cite… de «se psychanalyser la face».  
 

Mais aussi, pour prolonger notre dernière émission sur le Coup d’Etat citoyen, notre coup de fil de la semaine nous emmène à Abidjan, où nous avons appelé Régis Bamba, président de l’association Code.Ci, qui développe le site Open Data ivoirien.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.