Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Israël, champion de l'eau artificiellement produite

Audio 01:47
Vue panoramique du lac de Tibériade, une des plus grandes réserves d'eau douce d'Israël.
Vue panoramique du lac de Tibériade, une des plus grandes réserves d'eau douce d'Israël. Wikimedia Commons/Tango7174

C'est une question problématique pour tous les pays confrontés à des sécheresses régulières. Et avec le changement climatique, elle pourrait bien se poser dans de plus en plus de régions du monde. Comment maintenir son agriculture avec des ressources en eau douce limitées ? Israël, pour sa part, a fait le choix de réutiliser l'eau usagée et de dessaler l'eau de mer. Des choix globalement payants.

Publicité

En matière de traitement des eaux usées, Israël est un leader mondial incontesté. Selon un récent rapport gouvernemental israélien, le pays traite 87% de ses eaux rejetées par les foyers et les réutilise dans l'agriculture, contre 20% seulement pour le numéro deux mondial : l'Espagne.

Et Israël a aussi misé sur la désalinisation d'eau de mer pour satisfaire ses besoins. Ces dix dernières années, cinq centrales ont été mises en service dans le pays. Aujourd'hui, plus de la moitié de l'eau consommée en Israël est produite artificiellement. Et le pays entend encore renforcer ses capacités. L'objectif affiché est une augmentation de la production des usines de désalinisation de plus de 50% entre 2015 et 2020.

Sécheresse

Ces résultats sont le fruit d'une politique de longue date et qui s'est intensifiée ces dix dernières années. De 2005 à 2012, Israël a fait face à une sécheresse. Le pays a puisé dans ses réserves en eau douce, qui alimentent aussi souvent ses voisins, créant des tensions régionales. Et le lac de Tibériade est passé l'hiver dernier sous « la ligne rouge », le niveau à partir duquel il devient dangereux de continuer à y prélever de l'eau.

Mais si cette production artificielle est une réponse à des ressources aquatiques limitées, elle pose également des questions sur l'impact environnemental. Les techniques de désalinisation sont certes aujourd'hui moins consommatrices d'énergie, mais certains scientifiques s'inquiètent de l'impact de ces prélèvements marins sur l'écosystème. Des milliards d'œufs de poissons et de larves sont aspirés et détruits. Quant aux eaux traitées, certaines régions du pays ne disposent pas de moyen de les stocker. Et si elles ne sont pas immédiatement utilisées pour irriguer les champs, elles sont rejetées dans les cours d'eau à proximité.

Mais ce mode de gestion des ressources en eau séduit de plus en plus de pays. Et Israël se place en interlocuteur incontournable. L'an dernier, il a exporté des technologies et savoir-faire relatifs à l'eau pour un montant de 2 milliards 100 millions d'euros. Et ce chiffre devrait augmenter au cours des prochaines années. Des contrats sont notamment en cours de négociation avec l'Egypte et l'Inde.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.