Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Hugues Micol, Scalp à nous faire perdre la tête

Audio 45:59

Six mois à peine après la sortie de sa dernière BD, Hugues Micol nous livre un album sur un cow-boy complètement fou, cruel et d'une férocité absolue nommé John Glanton. Scalp, la funèbre chevauchée de John Glanton et de ses compagnons de voyage est un cocktail détonnant, un récit bestial illustré par des dessins d'une grande force.Au menu du Café Gourmand, nos journalistes vous présentent leurs coups de coeur. Muriel Maalouf : Brûle nos coeurs insoumis, des frères Ben Aïm aux Hivernales d'Avignon et en tournéeMarie Gicquel : Réouverture du Théâtre 13 jardin et politique théâtrale parisienne pour la création contemporaineIsabelle Chenu: Abraham Poincheval au Palais de TokyoCarmen Lunsmann : Premier album du groupe D.I.V.A. Le destin cruel et féroce d’un de ces bouchers que le Far West a vu naître, un cow-boy complètement fou nommé John Glanton. Texas Ranger pendant la guerre américano-mexicaine en 1845, puis chassé de l’armée et mercenaire massacreur d’Indiens à la solde d'autorités de l’Etat de Chihuahua. Tarif : « 200 dollars par scalp de guerrier mâle, 150 pour celui d’une femme ou d’un enfant». Le destin de cet abominable personnage, Hugues Micol nous le raconte à travers des dessins d’une grande force, qui sont totalement les siens, et qui semblent pourtant empruntés en même temps à Jean Giraud, Gustave Doré, Honoré Daumier et Francesco Goya, excusez du peu. Un cocktail absolument détonnant qui se répand comme une coulée de sang noir pour nous peindre une fresque bestiale et viscérale, dont les scènes restent longtemps en mémoire. « Scalp, la funèbre chevauchée de John Glanton et de ses compagnons de voyage ».

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.