Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Pétrole: Arabie saoudite et Russie prêtes à limiter la production en 2018

Audio 01:34
Une raffinerie de pétrole, en Arabie Saoudite.
Une raffinerie de pétrole, en Arabie Saoudite. Getty Images/Pete Turner

Face à la rechute des cours du brut, Arabie saoudite et Russie évoquent un accord OPEP- non OPEP qui prolongerait la baisse de production au-delà de 2017.

Publicité

 

L’Arabie saoudite et la Russie prêtes à réduire leur production jusqu’à la fin 2017 et même en 2018 : en ce début de semaine les deux géants du pétrole doivent à nouveau rassurer les marchés, avant même la réunion de l’OPEP à Vienne le 25 mai prochain. Il s’agit d’enrayer le nouveau plongeon des prix du baril, repassés sous les 50 dollars en fin de semaine dernière.

Cette rechute des cours est temporaire, affirme le ministre saoudien du Pétrole : c’est la saison de maintenance des raffineries. Mais il y a plus : la Chine inquiète de nouveau, le resserrement du crédit fait chuter les bourses chinoises. D’où d’ailleurs le nouveau plongeon du minerai de fer. Quant aux stocks de pétrole, ils continuent de déborder aux Etats-Unis. Enfin les fonds se mettent à parier à la baisse des prix du pétrole, un mouvement massif qui a accentué le plongeon de la semaine dernière - 10%.

Pour enrayer cette chute, les producteurs de l’OPEP et la Russie n’ont guère que la communication. Pour l’instant la baisse de leur production s’est traduite par un doublement de celle des Etats-Unis, et non par le rééquilibrage souhaité du marché mondial.

Méthode Coué ou pas, le ministre saoudien est convaincu que la demande asiatique, pas seulement en Chine, mais en Inde, au Vietnam, aux Philippines, finira par éponger les stocks mondiaux de brut. Khalid El-Falih s’exprimait d’ailleurs depuis Kuala Lumpur, en Malaisie, où la compagnie saoudienne Aramco investit 7 milliards de dollars dans un complexe pétrochimique, tandis qu’en Indonésie, elle contribue à l’extension d’une méga-raffinerie. Mais en attendant, l’OPEP va devoir modérer sa production plus longtemps que prévu.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.