Accéder au contenu principal
Bonjour l'europe

Espagne : exhumer la dépouille de Franco?

Audio 02:50
En Espagne, en juillet 1969, le général Francisco Franco (D) présente le prince Juan Carlos comme son successeur, au Cortes, en juillet 1969.
En Espagne, en juillet 1969, le général Francisco Franco (D) présente le prince Juan Carlos comme son successeur, au Cortes, en juillet 1969. Photo by David Lees//Time Life Pictures/Getty Images

Que faire avec la dépouille du l’ancien dictateur qui régna pendant 40 ans sur l’Espagne ? Ce même Franco mort en 1975 et qui repose au Valle de los Caidos, un monument gigantesque, bâti à sa gloire par des travailleurs exploités, situé à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Madrid, dans un impressionnant cirque naturel. C’est un serpent de mer, mais une initiative au Parlement vient de relancer ce sujet très délicat.

Publicité

Une initiative socialiste à la Chambre des députés a parlé d’évacuer, c’est le mot exact, les restes de Franco. Tout d’abord, pourquoi cette volonté, ce souhait, 40 ans après sa mort et son enterrement ?

Oui, préciser tout d’abord que le Caudillo Franco est inhumé dans une crypte, sous une dalle de marbre, une crypte qui se trouve au final d’une galerie souterraine à 100 mètres sous terre, une crypte qui fut en son temps un prodige d’ingénierie et que Franco avait fait construire, longtemps avant sa mort. D’ailleurs, ce n’est pas seulement une crypte mais un monument mégalomaniaque qui domine une vallée entière, à la flore de l’ancien dictateur. Que se passe-t-il ? Une bonne moitié de l’Espagne, la gauche, n’a jamais supporté l’idée que le Caudillo repose dans un site aussi majestueux car cela signifierait sa pleine légitimité et, d’une certaine façon, le blanchirait de ses crimes. Les députés socialistes ont donc demandé que la dépouille de l’ancien dictateur soit exhumé de ce lieu si chargé et si grandiloquent.

Cette initiative a-t-elle des chances d’aboutir ? Les socialistes ont-ils suffisamment d’appuis à la Chambre des députés ?

C’est toute la question, en réalité. Depuis cet hiver, ce sont les conservateurs qui sont aux manettes, et les conservateurs sont des héritiers spirituels de Franco et refusent bien sûr de remuer l’histoire, et encore moins son cadavre. Mais en face, les socialistes ont réussi à convaincre les indignés de Podemos et sont en pourparlers avec les centristes libéraux de Ciudadanos pour faire voter cette proposition. L’initiative a été présentée l’autre jour, mais reportée d’ici début juin, car le sujet est très sensible. Et surtout, si beaucoup sont d’accord pour évacuer le cadavre de Franco, il y a pleins d’obstacles.

Quels sont ces obstacles ?

Le premier, il est juridique : le vallée de los Caidos, et donc la crypte, sont dans un domaine ecclésiastique et il faudrait donc l’approbation de l’Eglise pour sortir le corps. Il y a aussi des obstacles de mécanique législative, et puis aussi un problème très pratique. Que faire du corps ensuite ? Une première solution serait de l’enterrer dans un cimetière dans la banlieue de Madrid, où reposent certains parents dont l’épouse du dictateur. Mais là, on se heurte au refus violent de la fondation Franco, qui gère le legs et l’héritage du Caudillo. Un autre cimetière ? Peut-être, mais concrètement personne n’en a identifié un. En somme, il y a une forte volonté d’y parvenir, mais il faudra une claire majorité parlementaire et un endroit précis. Ce ne sera pas facile. On ne bouge pas comme ça des morts au poids si considérable.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.