Accéder au contenu principal
En sol majeur

Inoussa Ousseini (émission spéciale centenaire de Jean Rouch)

Audio 49:30
Inoussa Ousseini, délégué permanent du Niger auprès de l'Unesco.
Inoussa Ousseini, délégué permanent du Niger auprès de l'Unesco. © RFI/Antoinette Delafin

Jean Rouch et le mouvement perpétuel de sa caméra dans le rétroviseur d'En Sol Majeur. Jean Rouch, figure centrale du cinéma ethnographique, qui filme dès les années 40, la puissance du fleuve Niger. Fasciné par la civilisation de cette Afrique noire méconnue, il signe avec une simple caméra 16mm 120 films, dontLes maîtres fous, Moi, un noir, Petit à petit ouLa chasse au lion à l'arc. Il le fait en s'immergeant complètement dans la réalité qu'il décrit. Réalité inspirée de ce pays Dogon qu'il filme en anthropologue et en homme émerveillé. Inventeur du cinéma-vérité, il ose également des ethno-fictions étonnantes qui en font le précurseur de la Nouvelle vague. Quoi d'autre? Son cinéma aura contribué à la naissance du cinéma nigérien: «Jean Rouch a dessiné les sillons de ma vie». Dixit notre invité nigérien, Inoussa Ousseini, président de l’Association des amis de Jean Rouch, cinéaste, sociologue et anthropologue, ambassadeur délégué permanent du Niger auprès de l'Unesco.→ Le site officiel du Centenaire Jean Rouch ici. Un grand merci à Catherine Ruelle (présidente de l'association Centenaire Jean Rouch 2017), Andréa Paganini (délégué général du centenaire Jean Rouch 2017), Véronique Joo Alsenberg (Cinémathèque Afrique de l'Institut Français) et Antoinette Delafin (RFI).

Publicité

Les choix musicaux d'Inoussa Ousseini

Shata chanteur nigerian

Claude Nougaro A bout de souffle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.