Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

Terrorisme en Afrique de l’Ouest et au Sahel: des expatriés «plus prudents»

Audio 04:05
Des soldats français autour du Campement Kangaba, près de Bamako, le 18 juin 2017.
Des soldats français autour du Campement Kangaba, près de Bamako, le 18 juin 2017. REUTERS/ REUTERS TV

Le terrorisme a été un des principaux thèmes de campagne des candidats en lice dans la 9e et 10e circonscriptions, deux circonscriptions qui regroupent tous les Français qui résident en Afrique. Les électeurs ont porté à l'Assemblée nationale deux bi-nationaux : M'Jid El Guerrab, Franco-Tunisien, pour la 9e (Maghreb et Afrique de l'Ouest) et Amal Amélia Lakrafi, Franco-Marocaine, pour la 10e (Moyen-Orient et Afrique australe, de l'est et centrale). Hier, un campement luxueux, à quelques kilomètres de Bamako, a été attaqué par des jihadistes. Pour rappel, Emmanuel Macron est attendu le 2 juillet dans la capitale malienne pour le Sommet du G5 Sahel. Jean-Pierre Pont est éditeur du magazine La voix de France, le magazine des Français de l'étranger qui paraît depuis 1927.

Publicité

Les députés élus dans la 9e et 10e circonscription des Français de l’étranger « ont le privilège d’être bi-nationaux. Ils comprennent mieux les problèmes de leurs compatriotes. Que ce soit au Maghreb ou au Moyen-Orient, ils parlent déjà arabe, ce qui est quand même pratique pour circuler, vivre et s’intégrer. Ils vivront partiellement dans leurs circonscriptions, et à l’Assemblée nationale ils seront capables de décrire le vrai visage de leurs compatriotes et donc de défendre les intérêts de leurs électeurs, ce qui n’était pas le cas avant. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.