Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

Avignon 2017: «Sankara, c’est le Che de l’Afrique, sa parole doit rester»

Audio 03:44
Le « Capitaine Thomas Sankara » revit grâce à des archives tirées de l’oubli par Christophe Cupelin.
Le « Capitaine Thomas Sankara » revit grâce à des archives tirées de l’oubli par Christophe Cupelin. © DR

Au Festival de théâtre d’Avignon, dans le sud-est de la France, la programmation «In» est terminée, celle du «Off» se poursuit jusqu'au dimanche 30 juillet. Plus de 1 400 spectacles dans toute la ville. Parmi les pièces remarquées: «Sankara-Mitterrand». 30 ans après l'assassinat de l'ancien président burkinabè, avec beaucoup d'archives, la mise en scène imagine un dialogue décalé entre le jeune Thomas Sankara et son homologue François Mitterrand, dans une relation entre admiration et agacement. Dans le rôle de Thomas Sankara, le comédien guinéen Ibrahima Bah, fier d'incarner l'un de ses héros. Charlotte Idrac l'a rencontré.

Publicité

« C’est un honneur de jouer le rôle de Thomas Sankara, car son histoire est énorme, c’est l’histoire de l’Afrique en quelque sorte (…). Je n’essaie pas vraiment de jouer l’homme Sankara, j’essaie d’emprunter sa voix, ce qu’il a laissé, et essayer d’être le comédien Bah qui interprète Sankara…

Dans le spectacle, on peut se rendre compte de la relation entre Sankara et Mitterrand. Sankara est un homme qui a de l’humour, humble et très intelligent. Ce qu’il reste de Sankara, c’est son africanisme que l’on utilise comme exemple. Pour nous, Sankara a été le représentant et le Che de l’Afrique…. Sankara était jeune mais en politique, il était très avancé pour l’Afrique mais aussi pour le reste du monde… »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.