Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

Djibouti: «La mort de Jabah est un assassinat politique prémédité»

Audio 05:27
Dimitri Verdonck, président de l'association Cultures et Progrès.
Dimitri Verdonck, président de l'association Cultures et Progrès. Archives personnelles de Dimitri Verdonck

Il était devenu le symbole des détentions arbitraires à Djibouti, l’opposant Mohammed Ahmed dit « Jabha », considéré comme le plus ancien prisonnier politique du pays, est décédé mercredi en détention, des suites d'une grave maladie. Accusé par le régime d’être un agent érythréen il avait été arrêté en 2010 puis avait attendu pendant 7 années son procès avant d’être finalement condamné en juin dernier. « Un assassinat politique programmé », selon son avocat. C'est également le sentiment de Dimitri Verdonck, président de l'association Cultures et Progrès qui soutient les défenseurs de droits humains, notamment à Djibouti. Il revient sur les circonstances de ce décès qui met une nouvelle fois en lumière la dureté du régime djiboutien.

Publicité

« Jabha est à la prison de Gabode depuis déjà plus de 7 ans dans des conditions tout à fait déplorables. Il a été condamné récemment à 15 ans de prison parce que les 7 années durant lesquelles il était en prison, il était en détention, il n’avait pas encore été condamné. (...) »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.