Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L'élevage français intéresse l'Iran

Audio 01:53
Sur un marché couvert de vente de bovins en Auvergne, dans le Massif central.
Sur un marché couvert de vente de bovins en Auvergne, dans le Massif central. ©Getty Images

L'Iran est l'invité d'honneur du sommet de l'élevage de Cournon, près de Clermont-Ferrand, dans le Massif central français.

Publicité

L'Iran veut augmenter la productivité de ses troupeaux. Il a dépêché au sommet de l'élevage de Cournon, en Auvergne, une centaine de délégués. Ils vont visiter des élevages où les animaux broutent librement l'herbe grasse du Massif central. Un décor bien différent de l'Iran, certes montagneux mais confronté à l'aridité. Ce que vient chercher l'Iran en France, c'est moins le modèle extensif de vaches à viande qui paissent dans les prés, que de la génétique française, à savoir de bons animaux reproducteurs, et des équipements.

L'Iran veut produire le plus possible de viande et de lait en consommant le moins d'eau et de pâturages possibles. Il a opté pour les élevages intensifs hors-sol, nourri au fourrage importé. Les fermes de 3000 vaches là-bas ne font pas peur, témoigne Benoît Delaloy, le responsable international du sommet de l'élevage. Les plus grosses fermes laitières au monde, il les a vues en Iran ! Plutôt que de vaches à viande, l'Iran a donc besoin de races mixtes, qui produisent à la fois pas mal de viande et pas mal de lait.

La France expédie déjà par avion des génisses reproductrices qui répondent à cette exigence : les Montbéliardes et les Normandes. La France expédie également des animaux reproducteurs pour les immenses troupeaux iraniens de chèvres et de moutons, 45 millions de têtes. L'Iran est aussi courtisé par les sociétés françaises d'identification animale, de traitement du lisier, les fournisseurs de foin et de luzerne, d'aliment d'allaitement pour les veaux.

Un marché très intéressant pour le secteur agricole français, mais encore très difficile. L'embargo est levé, mais en pratique aucune grande banque française ne travaille avec l'Iran par peur des représailles américaines, Donald Trump menaçant de remettre en cause l'accord sur le nucléaire avec Téhéran. C’est en passant par de tout petits établissements bancaires que les sociétés de matériel génétique et agricole françaises aident l'Iran à réaliser ses grandes ambitions en matière d’élevage.

Téhéran veut nourrir ses 80 millions d’habitants pas aussi exporter de la viande dans les pays du Moyen-Orient.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.