Accéder au contenu principal
Invité de la mi-journée

Somalie: pourquoi l'attentat sans précédent à Mogadiscio n'est pas revendiqué?

Audio 05:36
Un camion bourré d'explosifs a sauté près d'un carrefour très fréquenté de la capitale somalienne Mogadiscio, samedi 14 octobre 2017.
Un camion bourré d'explosifs a sauté près d'un carrefour très fréquenté de la capitale somalienne Mogadiscio, samedi 14 octobre 2017. REUTERS/Feisal Omar

Mogadiscio, la capitale somalienne, est meurtrie par un attentat sans précédent samedi 14 octobre qui a fait plus de 300 morts et des centaines de blessés, le pire bilan dans l'histoire de ce pays habitué pourtant au terrorisme. A priori, selon certains spécialistes, seuls les shebabs ont les moyens de préparer ce genre d'attaques. Pourtant cet attentat n'a pas été revendiqué. L'analyse de Roland Marchal, chercheur au Centre d'études et de recherches internationales en Sciences Po Paris, spécialiste de l'Afrique de l'Est.

Publicité

« D’après les descriptions que l’on commence à avoir à Nairobi, d’où je vous parle, ce qui s’est passé c’est que la voiture a forcé un barrage au kilomètre 7 se rapprochant du centre-ville. Et quand la voiture vu qu’il y avait un nouveau barrage, elle a essayé de s’échapper et elle a fait un accident en fait et c’est à ce moment-là que la bombe a explosé (... ) la voiture était coincée par un bus d’élèves d’un orphelinat, donc c’est une trentaine de gosses qui ont été tués immédiatement carbonisés vivants. Donc, moralement c’est la même faute, sauf qu’effectivement ce n’était pas du tout l’endroit, ce n’était pas ça la cible réelle.... »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.