Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Première rentrée scolaire pour les jeunes réfugiés de Serbie

Audio 19:30
Les jeunes réfugiés suivent des cours aux côtés de jeunes Roms revenus en Serbie.
Les jeunes réfugiés suivent des cours aux côtés de jeunes Roms revenus en Serbie. © Marija Jankovic

Nous avons déjà parlé dans Accents de la très difficile situation des réfugiés en Serbie, vivant dans des squats enfumés, empêchés de poursuivre leur route vers l’ouest de l’Europe. Pour les plus jeunes, la rentrée scolaire a quand même eu lieu, il y a un mois, en même temps que les Serbes, mais pas au même endroit. Le reportage de Philippe Bertinchamps, dans une école spécialisée de la banlieue de Belgrade, où des jeunes Afghans, Irakiens et Iraniens étudient avec les jeunes Roms serbes.

Publicité

Un million et demi de personnes ont demandé l’asile en Europe en 2015. Pour le moment, l’Union européenne semble avoir oublié les 3 axes de l’accord d’Amsterdam signé en 2001 pour l’accueil des étrangers. Seul le dernier, la chasse aux étrangers semble primer désormais. C’est ce que confirme une étude de terrain, fruit d’une collaboration entre 14 chercheurs, sociologues anthropologues ou historiens. Ils signent un ouvrage collectif, « De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique les camps ». Catherine Rolland a rencontré Yasmine Bouagga l’une des coordinatrices de l’ouvrage.

Alors que la région catalane est désormais sous tutelle de Madrid, jusqu’aux élections du 21 décembre 2017, tous les pays européens suivent de très près les derniers rebondissements de la crise entre le pouvoir central et les indépendantistes. Et prennent parfois parti, allant jusqu’à provoquer un incident diplomatique entre Madrid et Sofia. C’est une ancienne star du football bulgare, nommé consul honoraire en Espagne, qui en est à l’origine, Damian Vodenitcharov.

La gare routière internationale en périphérie de Vienne
La gare routière internationale en périphérie de Vienne Rfi/Céline Béal

En France, on a beaucoup parlé des bus Macron, du nom de l’ancien ministre de l’Economie désormais président qui, en 2015, a libéralisé le secteur. Plus de 8 millions de personnes ont déjà emprunté les autocars de ces nouvelles compagnies privées. L’Autriche elle aussi a vu un retour en grâce des voyages en bus, alors même que le secteur lui n’a pas été libéralisé. Le reportage de Céline Béal.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.