Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Les Etats-Unis déclarent la guerre aux olives espagnoles

Audio 01:37
300 entreprises andalouses pourraient être touchées par cette nouvelle mesure protectionniste de Donald Trump.
300 entreprises andalouses pourraient être touchées par cette nouvelle mesure protectionniste de Donald Trump. Pixabay/Pixabairis

« America First » : nouvelle mesure protectionniste décidée par Donald Trump. Le ministère américain du Commerce va imposer des tarifs douaniers élevés, sur les olives espagnoles. Le président Trump entend lutter contre des exportations jugées déloyales. C’est le sujet de la chronique des matières premières de Myriam Berber.

Publicité

Après les machines à laver, les panneaux solaires, les feuilles d’aluminium asiatiques, c’est au tour des olives espagnoles d’être lourdement taxées. Une mesure progressive décidée par le ministère américain du Commerce. Des droits de douane de 2,31% la première année, pour augmenter jusqu'à 7,24% les prochaines années. La décision officielle est attendue pour début avril.

La filière risque gros. En 2016, les importations d’olives d’Espagne aux Etats-Unis ont représenté 70 millions de dollars. Près de 800 emplois sont sur la sellette, et dans la seule région d'Andalousie, près de 300 entreprises pourraient être touchées par cette mesure protectionniste.

Washington a son argument : grâce aux subventions de la PAC, la Politique agricole commune européenne, ces olives sont vendues à un prix inférieur à ce qu'elles valent vraiment. Sur une échelle de 14,5% à plus de 19%. Comme dans les précédentes affaires, l’administration Trump invoque une clause de sauvegarde générale des industries, pour justifier sa nouvelle politique commerciale. Cette disposition contenue dans une loi de 1974 a déjà été utilisée, dans le passé, par le président George W. Bush pour défendre l’acier américain.

Un coup dur pour les producteurs espagnols qui vont contester cette décision auprès de l’OMC, l’Organisation mondiale du commerce. De son côté la COPA-COGECA, l'association des agriculteurs européens, dénonce une campagne protectionniste et demande l'aide de Bruxelles, afin d'éviter un précédent dangereux pour d'autres exportations alimentaires européennes.

Mais ce hola venu d’Amérique pourrait créer des opportunités, pour d'autres pays. Le Maroc et l'Egypte pourraient, ainsi, gagner d'importantes parts de marché aux Etats-Unis.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.