Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Roumanie: un centre commercial érigé sur le lieu de l'exécution des Ceausescu

Audio 03:24
Les corps de l'ex-dictateur roumain Nicolae Ceausescu et de sa femme, Elena, ont été exhumés ce mercredi 21 juillet à Bucarest.
Les corps de l'ex-dictateur roumain Nicolae Ceausescu et de sa femme, Elena, ont été exhumés ce mercredi 21 juillet à Bucarest. Reuters/Radu Sigheti

Les autorités locales de Targovichté ont approuvé la semaine dernière la construction d'un centre commercial à l'endroit où Nicolae et Elena Ceausescu ont été exécutés lors de la révolution roumaine. Une nouvelle qui ne semble pas poser tant de problèmes que ça en Roumanie.

Publicité

de notre correspondant à Bucarest,

Un centre commercial de 70.000 m2 sur les lieux de l'exécution des Ceausescu, l'idée a de quoi surprendre. Les autorités locales de la région de Targoviste ont pourtant décidé de transformer en centre commercial la caserne où le couple Ceausescu a été exécuté le 25 décembre 1989. Pour mémoire, le dictateur roumain et sa femme Elena avaient été fusillés sommairement le jour de Noël dans une unité militaire de Targoviste, ville de 70.000 habitants située à moins d'une heure de Bucarest.

Quelques jours auparavant, le couple s'était enfui de la capitale en hélicoptère avant d'être livré aux forces armées. S'en était suivi une parodie de procès, à l'endroit du futur centre commercial. Propriétaire du terrain, le conseil général a donné son accord à un important acteur du marché immobilier roumain, la société Prime Kapital group qui possède déjà 50 centres commerciaux, dont 5 en Bulgarie, en Slovénie et en Pologne. Budget estimé : plus de 220 millions d'euros. Le centre commercial devrait ouvrir dans deux ans.

Un argument marketing pour les promoteurs du projet ?

On peut s'interroger sur le bon goût et la pertinence d'un tel projet. Targoviste ne manque pas de grands centres commerciaux, qui, comme partout en Roumanie, ont fleuri ces dernières années. Ce qui est aussi certain que la nostalgie à l'égard de l'ancien dictateur est encore bien vivace. Le 26 janvier dernier, pour le centenaire de sa naissance, un grand nombre de nostalgiques, surtout des personnes âgées, étaient venus lui rendre hommage sur sa tombe à Bucarest. Immanquablement, la comparaison avec les actuels politiciens, dont beaucoup sont considérés comme corrompus, avait alimenté les débats. Le site de l'exécution des Ceausescu à Targoviste était devenu un petit musée où les curieux et les inconditionnels du dictateur venaient voir les traces de balles dans le mur ainsi que le lit sur lequel le couple avait passé sa dernière nuit.

Le devoir de mémoire en Roumanie

La dictature communiste est très peu abordée à l'école en Roumanie. De manière générale, le passé communiste n'est pas discuté : il n'y a pas eu d’épuration ou de jugement des responsables du régime. Un voile de mystère et d'impunité entoure ainsi cette époque ce qui alimente la nostalgie pour cette période et ses acteurs. Dans le même ordre d’idées, le pays n’a toujours pas de musée du communisme, comme on peut en trouver dans d'autres villes d'Europe de l'Est.

Faute de mieux, l'immense palais du Parlement, bâtiment gigantesque construit à l’époque de Nicolae Ceausescu, aujourd'hui largement sous-utilisé, attire un nombre croissant de touristes. Mais les visiteurs n’ont pas droit à la moindre explication historique. Même constat pour la villa du couple Ceausescu, décevant musée ouvert depuis deux ans mais qui fait un tabac. La visite, ce n’est qu’un accès aux lieux. On y voit les conditions de vie opulentes du couple, mais il n'y a aucune allusion politique. Les vieilles habitudes ont la peau dure...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.