Accéder au contenu principal
En sol majeur

Irina Teodorescu

Audio 48:30
Irina Teodorescu.
Irina Teodorescu. © Géraldine Aresteanu

Lorsqu’elle arrive en France à l’âge de 19 ans, Irina Teodorescu ne parle pas un mot de français. Elle débarque avec, sur le dos, le poids et le charme des Balkans. Avec une langue roumaine qui fut celle de Cioran et de Mircea Eliade. Deux monstres littéraires. Désormais, le bleu du Danube glisse, poisson sous un tapis de pâquerettes françaises pour la Teodorescu qui écrit dans la langue de Molière des histoires qui se passent encore un peu derrière le rideau de fer. Après La malédiction du bandit moustachu et Les étrangères, la voilà qui publieCelui qui comptait être heureux longtemps.

Publicité

Les choix musicaux de Irina Teodorescu

Timi Yuro The love of a boy

Hugues Le Bars J’en ai marre

GainsbourgLa nostalgie camarade

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.