Accéder au contenu principal
Chronique transports

Transports motorisés: toujours plus de pollution

Audio 07:19
«Airvore ou la face obscure des transports». Illustration de couverture
«Airvore ou la face obscure des transports». Illustration de couverture Editions Ecociété

A trois mois de la Cop 24 à Katowice en Pologne, et alors que de nombreuses marches pour le climat ont lieu ce samedi 8 septembre dans le monde entier notamment à Paris, la chronique Transports du jour s'intéresse à la part prise par les activités de transports dans la pollution de l'air. Laurent Castaignède est centralien, ancien salarié d'un grand constructeur automobile français. Dans son livre « Airvore ou la face obscure des transports », aux Editions Ecosociété, il remet en perspective l'histoire de cette pollution et dessine des pistes pour tenter de la limiter.

Publicité

Airvore ou la face obscure des transports, un livre à feuilleter ici

Laurent Castaignède plaide pour un contingentement de tous les véhicules motorisés
Laurent Castaignède plaide pour un contingentement de tous les véhicules motorisés Rfi/Laurent Berthault

Exemples de  pistes avancées pour limiter vraiment la pollution issue des transports motorisés

  • Décréter un contingentement du parc mobile motorisé. Aujourd'hui quiconque, particulier entreprise, compagnie aérienne, etc, peut disposer d'autant de véhicules qu'il le souhaite. A l'image de ce qui se fait déjà dans certaines villes chinoises (attribution d'un nombre limité de nouvelles plaques d'immatriculation de véhicules) l'auteur plaide pour l'instauration de quotas afin de limiter l'expansion apparemment sans limite des voitures, camions, avions, navires...
  • Réduire la vitesse, le poids et la taille des véhicules pour en finir avec la tendance actuelle au toujours plus gros et toujours plus puissant, dans tous les domaines des transports.
  • Limiter la vitesse à 130 km/h sur les autoroutes allemandes. Cela éviterait peut-être une surenchère européenne à la grosse cylindrée
  • Limiter l'usage des véhicules électriques aux utilisations les plus rationnelles: livraisons, flotte partagées, deux roues motorisés. Les batteries sont encore trop polluantes et l'électricité produite loin d'être toujours verte (centrale au charbon).
  • Installer dans chaque véhicule des dispositifs d'information sur l'émission de tous les polluants. L'usage de la voiture pourrait être automatiquement restreint, voire interdit, en cas de dépassement du seuil réglementaire de telle ou telle émission.
  • Que les constructeurs soit contraints de remplacer les moteurs des véhicules par de nouvelles versions moins polluantes. Le moteur resterait propriété du constructeur, à l'image de ce qui se fait déjà pour les batteries de certains véhicules électriques. 
  • Taxer fortement les carburants et de façon harmonisée.
  • Sanctuariser les réserves mondiales de pétrole et de gaz et de charbon en les inscrivant au patrimoine mondial de l'humanité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.