Accéder au contenu principal
Éco d'ici éco d'ailleurs

Afrique: le casse-tête de l'impôt

Audio 48:30
Des francs CFA.
Des francs CFA. Getty Images/Bloomberg / Contributeur

L'un des éléments qui permet de déterminer si un Etat fonctionne correctement, c'est son aptitude à lever l'impôt. Auprès des entreprises comme des simples citoyens. La collecte fiscale permet de financer les infrastructures, de rémunérer les enseignants, de faire tourner le système hospitalier et le judiciaire, de rémunérer policiers et soldats.Encore faut-il que les contribuables consentent à payer l'impôt. En France, l'impôt fait parfois peur et la fraude fiscale coûte cher à l'Etat. En Europe, les entreprises multinationales s'ingénient à contourner l'impôt. C'est la même chose sur le continent africain. Comment l'Afrique fait-elle pour lever l'impôt ? Telle est la question posée dans cette émission animée par Jean-Pierre Boris.

Publicité

- Kako Nububko, chercheur au CIRAD, professeur agrégé d'économie à l'Université de Lomé, le Togo où il a été ministre de la prospective.
Twitter de Kako Nububko

- Grégoire Rota-Graziosi, professeur d'Economie à l'Université d'Auvergne à Clermont-Ferrand où il dirige le Centre d'Etudes et de Recherche sur le développement international, le CERDI.

►Autres éléments

Reportages Fiscalité

1/ Le mois de septembre a vu se dérouler un feuilleton fiscal à rebondissement au Kenya. La nouvelle loi de finances a instauré une taxe de 16% sur les produits pétroliers. Les prix de l’essence ont explosé, entraînant une grogne populaire. Finalement, le président Kenyatta a demandé une réduction de cet impôt à 8%. Le nouveau texte est entré en vigueur fin septembre, et il est symptomatique des problèmes économiques kenyans. Un reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs signé Sébastien Németh à Nairobi.

Reportage Kenya / Sébastien Nemeth

EDIEDA-Kenya-Taxe essence 1310

2 /Au Sénégal, le secteur informel emploie plus de 2 millions de travailleurs, soit un actif sur deux. C’est un secteur-clé de l’économie qui représente plus de 40% du PIB dans le pays. Ce sont des estimations : le secteur par définition échappe aux statistiques… Mais, pas forcément à l’impôt. A Dakar, au marché du quartier HLM, un reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs signé William de Lesseux.

Reportage Dakar / William de Lesseux

EDIEDA-Sénégal impôts face à l'informel 1310

3 / Il y a deux ans, l’Egypte, au bord de la faillite, a décidé d’en finir avec les subventions à l’énergie. Cela représentait plus de 20% du budget annuel de l'Etat. Mais, comme cette dépense en moins ne suffisait pas à éponger la dette du pays, Le Caire a mis en place tout une série de nouvelles taxes et impôts à la consommation. En septembre 2016, le Parlement égyptien a voté l’instauration d’une taxe sur la valeur ajoutée, 13% la première année, puis 14%. En attendant les créations d’emplois tant espérées, c’est le consommateur égyptien qui prend sur ces épaules le poids de ces réformes. En Egypte, les prix ont doublé, voir triplé en l’espace de deux ans. Un reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs signé François Hume-Ferkatadji au Caire.

Reportage Egypte / François Hume Ferkatadji

EDIEDA-Egypte: TVA -1310

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.