Accéder au contenu principal
Littérature sans frontières

Emmelie Prophète, romancière d'Haïti et d'ailleurs

Audio 19:30
Emmelie Prophète en studio à RFI (octobre 2018).
Emmelie Prophète en studio à RFI (octobre 2018). © Fanny Renard / RFI

Née à Port-au-Prince où elle vit, Emmelie Prophète est poète, romancière et journaliste. Elle a publié chez Mémoire d’encrier «Le testament des solitudes», qui lui a valu le Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF) (2009), «Le reste du temps» (2010), qui raconte sa relation particulière avec le journaliste Jean Dominique, assassiné en 2000, «Impasse Dignité» (2012) et «Le bout du monde est une fenêtre» (2015).Son nouveau roman s'intitule «Un ailleurs à soi», aux éditions Mémoire d'encrier.

Publicité
Couverture du roman
Couverture du roman © Mémoire d'encrier

«Tout un peuple se prépare à fuir, s’inventant un ailleurs à défaut d’un avenir. Partir est un mythe auquel personne n’échappe. Au Ayizan, chic restaurant de Pétion-Ville, se font et se défont les voyages. Lucie sert les clients le jour et vend son corps la nuit. Maritou fuit la haine de Jeannette et la pitié de Clémence ses demi-sœurs. Elle vomit son angoisse et sa solitude jusqu’à sa rencontre avec Lucie. Elles s’apprivoisent jusqu’à s’aimer. Un ailleurs à soi, miroir où se tissent illusions et vœux de départ.» (Présentation de l'éditeur)

Extrait «Lucie était la nuit, elle était la lune. Elle était persuadée que personne ne la verrait quand elle aura finalement pris la fuite pour se diriger vers cet horizon qui l’appelait depuis tellement de temps. Elle dormirait dans la rue, elle mangerait n’importe quoi, mais elle serait libre, se disait-elle. Elle perdrait la pesanteur du corps, cet objet de désir insensé, toute cette féminité qui la forçait à des combats pour lesquels elle ne se sentait pas prête.»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.