Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Les affaires reprennent pour les méthaniers américains en Chine

Audio 01:58
Un méthanier, le «LNG Bonny».
Un méthanier, le «LNG Bonny». Wikipédia/Pline

Deux navires citernes transportant du gaz naturel liquéfié en provenance des Etats-Unis sont arrivés en Chine le mois dernier. Et les terminaux d’exportations américains ont refait le plein ce dimanche.

Publicité

Ce n’est pas le genre à passer inaperçu. 306 mètres de long, 46 mètres de large et d’immenses lettres blanches « LNG » pour Gaz Naturel Liquéfiée sur sa coque foncée, le premier cargo transportant du gaz américain est arrivé le 11 novembre 2018 dans le port de Ningbo sur la côte-est chinoise. Un deuxième navire citerne a suivi, rouvrant la porte du marché chinois fermé depuis plus d’un mois.

Soulagement côté américain : la Chine redevient un client de poids pour les exportateurs. Cela d’autant que nous sommes en hiver, et que la boulimie des mégalopoles chinoises pour le combustible de chauffage est décuplée. Les trois terminaux de liquéfactions en exploitation aux Etats-Unis ont donc absorbé tout ce qu’ils pouvaient ce week-end : plus de 5 milliards de pied cubes de gaz en provenance des bassins de schistes américains.

Deux autres terminaux devraient ouvrir en 2019

Tandis que le prix du gaz « made in USA » reste bon marché par rapport à d’autres fournisseurs. La relance du nucléaire par Tokyo combinée à la recherche par Pékin d’alternatives moins polluantes au charbon, fait que la Chine a dépassé le Japon en novembre 2018, devenant le premier importateur de gaz mondial naturel dans le monde. Selon l’Institut de recherche et de développement de Sinopec, la consommation de gaz des Chinois devrait atteindre 305 milliards de m3 en 2019.

Mais attention : si cette reprise des importations ouvre des horizons aux producteurs américains, ils ne sont pas les seuls. La deuxième économie du monde a importé un record de 5,9 millions de tonnes de gaz naturel liquéfiés en novembre dont près de 139 000 tonnes de gaz américain. A titre de comparaison, à la même période l’an passé, six méthaniers étaient venus des Etats-Unis, alors que les fournisseurs d’Asie centrale étaient incapables de répondre à la poussée de la demande chinoise.

La Chine importe 30 milliards de m3 de gaz par an en provenance du Turkménistan

Au terme d’un accord signé le 12 octobre 2018 entre KazTransGas et Petrochina, le Kazakhstan prévoit de doubler ses exportations de gaz en Chine en 2019. Quant à la Russie, son ambassadeur à Pékin a reparlé publiquement la semaine dernière d’une « alliance énergétique » sino-russe, et du « haut potentiel » du gazoduc Power of Sibéria destiné au client chinois. Une diversification des sources d’approvisionnements, mais en attendant la Chine a besoin du gaz américain.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.