Accéder au contenu principal
Décryptage

Fraude fiscale: le «système» d’UBS

Audio 19:30
«UBS est le numéro 1 de la banque privée, ce qui implique des devoirs», a estimé un des représentants du ministère public français au procès.
«UBS est le numéro 1 de la banque privée, ce qui implique des devoirs», a estimé un des représentants du ministère public français au procès. © REUTERS/Arnd Wiegmann

Une amende à 10 chiffres : 3,7 milliards d'euros. Jamais la justice n'avait prononcé une telle peine dans une affaire d'évasion fiscale. Cela s'est passé hier (20 février 2019) devant le Tribunal correctionnel de Paris. La Banque suisse UBS, la 1ère banque privée du monde, était condamnée pour démarchage bancaire illégal et blanchiment aggravé de fraude fiscale. En 2004 et 2012, des milliers de contribuables français ont ainsi pu échapper au fisc. Mais, comment la banque a-t-elle pu agir si longtemps sans être inquiétée ? Une telle condamnation pourra-t-elle faire bouger les lignes, quand rien qu'en France, la fraude fiscale représente près de 100 milliards d'euros de pertes sèches chaque année ?

Publicité

Avec :
- Valerie De Senneville, journaliste à Les Echos
- Eric Vernier, chercheur associé à l’IRIS, directeur de la chaire Commerce échange et risques internationaux à l’ISCID-CO, auteur de « Fraude fiscale et paradis fiscaux, quand l’exception devient la règle », éditions Dunod.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.