Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Brexit: vent de folie au Royaume-Uni

Audio 19:30
D’origine marocaine, Anton Dani, le patron du Café de Paris à Boston et une de ses habituées Judith, tous les deux, pro-Brexit.
D’origine marocaine, Anton Dani, le patron du Café de Paris à Boston et une de ses habituées Judith, tous les deux, pro-Brexit. © Marie Billon

Depuis le début de la semaine, les votes s’enchaînent à la Chambre des Communes, Les parlementaires britanniques n’en finissent pas de rejeter l’accord de Brexit mis sur la table par Theresa May. Dans ce brouillard, les habitants de Boston, au nord de l'Angleterre sont perdus. En 2016, ils avaient été plus de 75% à voter en faveur du Brexit, un record dans cette région du Lincolnshire. La raison, toujours la même : l'immigration. 1 habitant sur 5 est né à l'étranger, et l'arrivée des pays d’Europe de l’Est dans l’UE a changé la physionomie de la ville… pour le pire selon les habitants, comme ceux qu'a rencontrés Marie Billon, dans le Café de Paris.

Publicité

Grande nervosité de l’autre côté de la Manche. Notamment chez les douaniers français. Pour bien marquer les esprits, ils ont entamé il y a plus de dix jours une grève du zèle, qui a entraîné plusieurs kilomètres de bouchons sur l’autoroute A16 avant le tunnel sous la Manche, l’annulation de plusieurs Eurostar, sans compter les retards. A la Gare du Nord de Paris, le reportage de Frédérique Lebel auprès des voyageurs et des douaniers.

L'Eurostar impacté par la grève du zèle des douaniers. (Photo d'illustration)
L'Eurostar impacté par la grève du zèle des douaniers. (Photo d'illustration) © AFP/THOMAS SAMSON

Les Slovaques votent samedi au premier tour de l'élection présidentielle. C’est un scrutin test pour le parti populiste au pouvoir, un an après la crise politique déclenchée par l'assassinat du journaliste Jan Kuciak et des manifestations contre le gouvernement. Encore inconnue du grand public, il y a peu, une candidate a émergé. Elle a 45 ans, est avocate et défend les minorités. Zuzana Caputova est désormais favorite. Alexis Rosenzweig.

Une justice pauvre en France… et ailleurs ? Une nouvelle réforme de la justice vient d’être adoptée en France. Elle vise à la rendre plus accessible et plus efficace alors que les tribunaux sont débordés. Aujourd’hui, le budget de la justice augmente de 4% l’an contre 2,5% en moyenne au cours du précédent quinquennat. Mais est-ce assez ? Le dernier rapport du Conseil de l’Europe sur les systèmes judiciaires des 27 est assez parlant. La France ne consacrait en 2016 que le 4ème budget européen (après l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Italie). Avec Daniel Vigneron du site Myeurop.Info.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.