Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

DelFly Nimble, quand les drones prennent la mouche

Audio 02:04
DelFly Nimble est un poids plume de 29 grammes et mesure 33 centimètres d’envergure
DelFly Nimble est un poids plume de 29 grammes et mesure 33 centimètres d’envergure ©MAVLab TU Delft

Des chercheurs néerlandais ont créé un prototype de drone-mouche qui est téléguidé à distance par onde radio. L’objectif des roboticiens est de reproduire le plus fidèlement possible le vol des drosophiles pour découvrir les secrets de leurs acrobaties aériennes qui leur permettent d’échapper aux prédateurs et aux pièges tendus par les arboriculteurs.

Publicité

Depuis quelques années déjà, les vergers en Europe sont confrontés à l'invasion d'une mouche asiatique qui boulotte sans vergogne tous nos agrumes. Avec son appétit d’ogre et ses attaques « surprises », la drosophile dénommée suzukii contraint les arboriculteurs à recourir de façon massive aux produits phytosanitaires pour tenter de sauver leurs récoltes fruitières.

Cette chimie nuisible à l’environnement, qui détruit la biodiversité et affecte notre santé, se révèle par ailleurs inefficace pour combattre la prolifération de ces voltigeurs envahissants. Mais l’agilité aérienne, dont fait preuve la bestiole, a fini par interpeller les roboticiens du laboratoire « biomimétique » de l'université de technologie de Delft au Pays-Bas.

Après avoir réalisé un drone insecte entièrement autonome inspiré de la libellule, qui se déplaçait uniquement à l’aide du battement de ses ailes, les chercheurs néerlandais, ont conçu leur nouveau robot volant en prenant comme modèle la mouche des fruits. L’animal cybernétique qui répond au nom DelFly Nimble est un poids plume de 29 grammes et mesure 33 centimètres d’envergure.

Et question agilité, l’engin est un appareil de haute voltige, exécutant avec réalisme toutes les acrobaties dont sont capables ses cousines biologiques. En haut, en bas, poussée avant, arrière, virage latéral, vol stationnaire, retournement à 360° et changement brutal de direction, le drone-mouche se pilote aisément à l’aide d’une simple radio commande ! L’insecte robot est équipé de deux mécanismes de battements d’ailes indépendants que coordonnent deux servomoteurs chargés respectivement de l’angle et de l'orientation de ses voilures pour maintenir le cap ou se déplacer sur trois axes dans un espace aérien en 3 dimensions. Véloce ma non troppo !

Avec sa vitesse de pointe de 25 k/h, l’insecte robotisé souffre toutefois d’un manque flagrant d’autonomie : 5 petites minutes de vol suffiront à mettre à plat ses batteries. Les concepteurs du drone-mouche estiment, en revanche, qu’il est prêt pour effectuer de « nombreuses tâches dans le monde réel ». Oui mais voilà lesquelles ? Pollinisateur des vergers ou drone-espion ? Motus et bouche cousue, répliquent les roboticiens néerlandais en prenant la mouche.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologie@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.