Accéder au contenu principal
Décryptage

Turquie: les municipales annoncent-elles la fin du règne de l'AKP?

Audio 19:30
Les gens marchent le long du pont de Galata, sous les bannières du président turc Tayyip Erdogan et du candidat du parti AKP à la mairie d'Istanbul, Binali Yildirim, lors des prochaines élections locales. Istanbul, en Turquie, le 25 mars 2019.
Les gens marchent le long du pont de Galata, sous les bannières du président turc Tayyip Erdogan et du candidat du parti AKP à la mairie d'Istanbul, Binali Yildirim, lors des prochaines élections locales. Istanbul, en Turquie, le 25 mars 2019. © REUTERS/Umit Bektas

En Turquie, Istanbul échappe de peu à l'AKP, mais le parti du président Erdogan a dores et déjà introduit des recours pour contester les résultats, car à la mégalopole turque, il faut ajouter la capitale Ankara, dans les échecs du parti présidentiel aux municipales de dimanche (7 avril 2019). Deux villes qui étaient aux mains de l'AKP depuis 25 ans, et qui basculent dans l'opposition. À Ankara, le nouveau maire s'appelle Mansur Yavas. Pour ces municipales, dernières élections avant la présidentielle de 2023, le président Erdogan avait lancé toutes ses forces dans la bataille. Cela n'aura pas suffi. Alors à qui ont profité ces municipales ? Et que disent-elles du poids de l'AKP au pouvoir depuis 2002 et de son président Recep Tayyip Erdogan ?

Publicité

Avec :
- Nora Seni, chercheure à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis), ancienne directrice de l'Institut français d'études anatoliennes, à Istanbul
- Esin Ileri, sociologue et journaliste à Istanbul.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.