Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Royaume-Uni: les europhiles en campagne en ordre dispersé

Audio 19:30
Vince Cable, le leader des Libéraux Démocrates avec Guy Verhofstadt, président de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE), pendant la campagne électorale à Londres, le 10 mai 2019.
Vince Cable, le leader des Libéraux Démocrates avec Guy Verhofstadt, président de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE), pendant la campagne électorale à Londres, le 10 mai 2019. © REUTERS/Toby Melville

Nous vous parlions du Brexit Party de Nigel Farage, la semaine dernière, qui caracole en tête des sondages à 10 jours des élections européennes. Les Europhiles britanniques souhaitent, pour leur part, faire du scrutin du 23 mai 2019 une sorte de référendum informel sur le Brexit. Mais, ils abordent ces européennes en ordre dispersé. Ainsi, le Parti libéral démocrate n’obtient que 12% des intentions de vote, devant les Verts (10%) et Change UK. La campagne est donc difficile. Marie Billon.

Publicité

La propagande gouvernementale affaiblit-elle la confiance des Hongrois dans l’Union européenne ? Depuis 4 ans, Viktor Orban ne cesse d’attaquer Bruxelles, et notamment sa politique migratoire. Il y a quelques jours pourtant, une fête de l’Europe était organisée à Budapest. Florence La Bruyère.

Quelle représentativité des partis de gouvernement dans les européennes ? A dix jours des élections, la formation du président Macron, La République en marche et ses alliés du Modem, sont toujours à la peine dans les sondages. Ils ne recueilleraient que 22% des voix, et pourraient même se voir devancés par le RN de Marine Le Pen. Moins d’un quart des voix pour un parti majoritaire à l’Assemblée nationale, le score est particulièrement médiocre au regard des performances dans les autres pays de l’Union européennes. Avec Daniel Vigneron de Myeurop.Info.

Želimir Žilnik, un génie serbe méconnu. Réalisateur depuis plus de 50 ans, Želimir Žilnik a tourné ses premiers films à la fin des années 1960. Il est devenu ainsi l’un des principaux cinéastes de la Nouvelle Vague yougoslave, la « Black Wave ». Dans ses 60 films, il dénonce sans relâche l’exploitation de la pauvreté pendant les périodes du communisme, des guerres d’ex-Yougoslavie, de la redéfinition des frontières, et les problématiques actuelles de migrations. Philippe Bertinchamps a pu le rencontrer à Novi Sad en Serbie.

«Le plus beau pays du monde», de Zelimir Zilnik, 2018. Un film sur l’intégration d’un jeune migrant afghan en Autriche.
«Le plus beau pays du monde», de Zelimir Zilnik, 2018. Un film sur l’intégration d’un jeune migrant afghan en Autriche. © Zelimir Zilnik

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.