Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Tiananmen 1989, nos espoirs brisés

Audio 48:30
Détail de la couverture «Tiananmen 1989, nos espoirs brisés».
Détail de la couverture «Tiananmen 1989, nos espoirs brisés». Crédits: Seuil/Delcourt

Il y a tout juste 30 ans en Chine sur la place Tiananmen, au cœur de Pékin, la capitale, une image fait le tour du monde. Celle d'un étudiant, dont on ignore encore aujourd’hui le nom, qui fait face à une ligne de chars, canons pointés vers lui. Image symbole de deux mois d’un mouvement de contestation, mené par des étudiants et des intellectuels, mais aussi des ouvriers, qui demandaient des réformes politiques. Une floraison d’espoir qui allait être matée dans le sang, dans la nuit du 3 au 4 juin, par l’armée chinoise, sous le regard des caméras du monde entier.Trente ans après, à travers un récit dessiné par Ameziane et écrit avec le journaliste Adrien Gombeaud, l'un des manifestants, Lun Zhang, professeur de sociologie et réfugié en France, raconte comment est né, comment s’est développé et comment a été étouffé ce qu’on a appelé le Printemps de Pékin. L'album Tiananmen 1989, nos espoirs brisés, est paru dans une coédition Seuil/ Delcourt.Laure Guilmer est journaliste. Elle publie La Française de Tiananmen, aux éditions Hikari, un ouvrage qui confronte son témoignage, sa mémoire à la Chine d'aujourd'hui.Laure Guilmer était présente au moment des évènements, elle a pu partager durant sept semaines le quotidien des étudiants massés sur la place, notamment ceux qui étudiaient sur le campus de Beida, l’un des foyers de la contestation.

Publicité

Reportage de Fanny Bleichner sur L’Orestie d’Eschyle dans une mise en scène et une adaptation signées Georges Lavaudant, avec la compagnie LG Théâtre. Une pièce à découvrir aux Nuits de Fourvière, à Lyon, ce mercredi 5 juin, avant une tournée de mars à juin 2020.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.