Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Quand les investissements chinois inquiètent l’Europe

Audio 19:30
Le président italien Sergio Mattarella (D) reçoit le président chinois Xi Jinping (G) au Palais du Quirinal à Rome, en Italie, le 22 mars 2019.
Le président italien Sergio Mattarella (D) reçoit le président chinois Xi Jinping (G) au Palais du Quirinal à Rome, en Italie, le 22 mars 2019. © Alessandro Di Meo / Pool via REUTERS

La guerre commerciale qui sévit entre la Chine et les États-Unis, a déjà fait une victime : la croissance. En baisse dans le monde, mais aussi en Europe. Pas sûr que l’affrontement entre les deux géants ouvre une fenêtre d’opportunité pour les exportations du Vieux continent. Et ce, alors que Pékin pose ses jalons pour son projet de nouvelle route de la soie, une nouvelle route commerciale entre l’Europe et la Chine.Dans les Balkans, l’Empire du milieu est de plus en plus présent. Et beaucoup moins contraignant que l’Europe. C’est le reportage en Croatie de Simon Rico.Et au Portugal, la Chine vient au secours du pays pour renflouer les dettes de l’État. Ce sont les fameux Panda Bonds. À Lisbonne, Marie-Line Darcy.Et après le port du Pirée en Grèce, les ports de Gênes et Trieste en Italie ont eux aussi ouvert grands les bras aux investissements chinois. L’Italie est le premier pays du G7 à avoir signé un accord sur la route de la soie, en mars 2019. Les explications de Cécile Debarge.

Publicité

 

La chronique d’Eve Minault
Comment Bruxelles perçoit cette offensive chinoise sur le sol européen ? Avec beaucoup de méfiance… les investissements chinois en Europe sont passés de 2 milliards d’euros en 2009 à 37 milliards en 2016.

 

Les ONG à la peine en Pologne
Curieux anniversaire qui se déroule, cette semaine, à Gdansk en Pologne. On célèbre les 30 ans des premières élections libres, qui ont vu l’arrivée au pouvoir de Solidarnosc et la chute du communisme. Pour l’occasion, 200 assocations et ONG ont fait le déplacement. Mais, le constat est unanime, avec le parti PIS, droit et justice au pouvoir, la démocratie est en recul. Les aides accordées aux ONG sont en chute libre. C’est le reportage sur place de Thomas Giraudeau.

L'association de protection des droits des femmes, dirigée par Barbara Wyludek, n'obtient plus de fonds publics depuis 2016.
L'association de protection des droits des femmes, dirigée par Barbara Wyludek, n'obtient plus de fonds publics depuis 2016. © Thomas Giraudeau

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.