Accéder au contenu principal
Le goût du monde

Refugee Food Festival: «Ne plus être regardé comme un réfugié qui travaille dans un restaurant, mais comme le chef cuisinier»

Audio 48:30
© Fox Nakai

La 4ème édition du «Refugee Food festival» s'ouvre à Paris. Ce festival a été créé en 2016 par l'association Food Sweet Food, avec l'objectif de «changer le regard de la société sur les régugiés», également pour accompagner et aider leur insertion dans leur pays d'accueil. Le principe est simple : un cuisinier du pays d'accueil accueille dans son restaurant un cuisinier réfugié. Ensemble, ils élaborent un menu, à quatre mains, que les clients peuvent découvrir le temps du festival. Une quinzaine de villes participent avec plusieurs dizaines de restaurants «festivaliers», l'occasion de découvrir d'autres gastronomies, et de se régaler !

Publicité

Le Refugee Food Festival a également ouvert en 2018 un restaurant : la résidence, à Paris. Pendant 6 mois, un cuisinier peut éprouver ses menus, son modèle économique, il est accompagné jusqu'à la concrétisation de son projet : l'ouverture d'un restaurant ou d'un service traiteur. Le Syrien Nabil Attard a ainsi ouvert Närenj à Orléans, et ce printemps, Magda Gegenava a ouvert sa boutique à Paris. Refugee Food Festival, c'est bien plus qu'un évènement, c'est une philosophie, une table, un restaurant, sacré évènement de l'année par le World restaurant award en 2019.

Affiche Refugee Food Festival.
Affiche Refugee Food Festival. Refugee Food Festival

Avec Marine Mandrila, co-fondatrice du Refugee Food Festival ; Stéphane Jego, chef cuisinier du restaurant l'ami Jean ; Haitham Karajay, originaire de Syrie, ilsera début juillet 2019 et pour 6 mois le cuisinier de la résidence, et Clémentine Ruello, l'une des bénévoles organisatrices du festival à Rennes.

- Hélène Réglain, maraîchère de «la ferme d'Artaud»

- Collège culinaire de France

Avec le soutien de l’organisation des Nations unies pour les réfugiés.

 

 

 

En images

 

Programmation musicale
Petit Pays, de Gaël Faye
Talanloge, de Kandy Guira

 

Muhammara (Caviar de poivrons) de Haitham Karajay :

Pour 3 à 4 personnes.

Ingrédients
- 2 poivrons rouges rôtis
- 1/4 de c à c - de piment sec (flocons)
- 1 oignon moyen blanc
- 250 g de cerneaux de noix
- 2 c à s - mélasse de grenade
- 1 c à s tahini (pâte de sésame)
- 1 c à s jus de citron jaune
- 4 c à soupe de chapelure
- 1 c à s cumin poudre

- 1 c à s de graines de cumin
- Sel au goût
- Huile d'olive au goût

Mettez les poivrons au four pour les faire noircir, les retourner régulièrement. Laissez-les refroidir dans de l'eau froide ou enfermez dans un sac plastique. Ôtez la peau et les graines.
Faites griller les noix et les graines de cumin dans une poêle anti-adhésive. Laissez refroidir.

Coupez l'oignon en petits cubes et faites dorer à la poêle avec un filet d'huile d'olive. Réservez.
Mettez les poivrons, les noix et les épices, la chapelure, le jus de citron, la mélasse de grenade et le tahini dans le bol d'un mixeur. Réduisez en purée.
Réservez au frais.

Servez avec un filet de mélasse de grenade et quelques noix en décoration.

 

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.