Accéder au contenu principal
Invité de la mi-journée

Royaume-Uni: «Boris Johnson apparaît à tort ou à raison comme un rempart aux ambitions de Nigel Farage»

Audio 07:08
FMM/RFI

Au Royaume-Uni, neuf hommes et deux femmes sont déjà candidats pour diriger le Parti conservateur et remplacer Theresa May qui a comme prévu démissionné vendredi 7 juin de ses fonctions de cheffe du parti. Son successeur deviendra également Premier ministre et devra à ce titre reprendre la délicate mission de mener à bien la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Pour l'instant, Boris Johnson, ancien ministre pro-Brexit, est le favori des politologues et des candidats. Mais « il ne faut pas vendre la peau de l'ours et il aurait tort de le faire », prévient Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique contemporaine à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, au micro de Florent Guignard.

Publicité

« En ce moment, la classe politique est complètement obsédée par la question du Brexit, et il y a une espèce de surenchère entre les candidats, à quelques exceptions près, sur le thème "avec moi, on sortira plus vite et plus facilement" même si c’est peu réaliste sur le fond. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.