Accéder au contenu principal
Invité France

Rapatriement d’enfants de jihadistes: «Un cas par cas qui est un fait du prince»

Audio 07:01
RFI

Douze enfants de jihadistes français, dont dix orphelins, qui étaient retenus dans des camps au Kurdistan syrien dans des conditions très difficiles, ont été rapatriés lundi à Paris. Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé qu'il « n'était pas exclu qu'il y ait une troisième opération, si l'on identifie d'autres enfants répondant aux mêmes critères de vulnérabilité ». Marie Dosé, avocate de plusieurs familles françaises qui a déposé des recours pour obtenir le retour de plus d’enfants, dénonce un rapatriement « au cas par cas qui est un fait du prince discriminatoire et parfaitement injuste » entre des enfants qui ne sont responsables de rien. Elle était au micro de Florent Guignard.

Publicité

« Les neuf enfants qui sont rentrés en France [ce mardi] ne viennent pas du Kurdistan syrien. Ceux-là étaient en Turquie. Il y a un accord entre la France et la Turquie pour permettre le retour de tous ceux, de nationalité française, qui ont atteint la Turquie pour fuir le groupe Etat islamique. Les neuf enfants, par contre, qui sont rentrés hier sont des enfants qui étaient détenus arbitrairement dans des camps au Kurdistan syrien, dont nous réclamons le rapatriement depuis des mois, parfois depuis deux années pour certains d’entre eux. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.