Accéder au contenu principal
Invité de la mi-journée

Nucléaire iranien: «On n’est pas dans le lancement d’un programme militaire»

Audio 06:01
Le président Hassan Rohani écoutant Ali Akbar Salehi, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique le 9 avril 2019.
Le président Hassan Rohani écoutant Ali Akbar Salehi, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique le 9 avril 2019. AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY

Le taux d'enrichissement d'uranium maximum de 3,67%, autorisé à l'Iran par l'accord de Vienne de 2015, vient d'être dépassé. Le désengagement de Téhéran est une riposte au retrait des Etats-Unis de l'accord, mais à quoi faut-il s'attendre désormais ? Le décryptage de Benjamin Hautecouverture, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), spécialiste des questions nucléaires.

Publicité

« C’est une mesure technique pour que les Européens continuent d’essayer de faire pression sur un président américain pour le moment inflexible, et faire en sorte que l’étau économique sur l’Iran de desserre un petit peu. » 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.