Accéder au contenu principal
Reportage international

Le camp d’al-Hol au Kurdistan: des conditions de vie infrahumaines

Audio 02:34
Un homme avec une béquille marche au camp d'al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, le 22 juillet 2019, alors que d'autres personnes collectent des colis d'aide humanitaire fournis par l'ONU.
Un homme avec une béquille marche au camp d'al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, le 22 juillet 2019, alors que d'autres personnes collectent des colis d'aide humanitaire fournis par l'ONU. Delil Souleiman/AFP

Au Kurdistan Syrien, cinq mois après la chute du califat autoproclamé de l’État islamique, des dizaines de milliers de civils  en majorité des familles de jihadistes  sont toujours parqués dans des camps de déplacés. Des prisons à ciel ouvert tenues par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de milices arabo-kurdes vainqueur de la bataille contre Daech. Parmi ces camps, celui d’al-Hol où des milliers de femmes et d’enfants radicalisés vivent dans des conditions décrites comme inhumaines par de nombreuses ONG. En quelques mois, ces camps peuplés de milliers de femmes radicalisées et d’enfants sont devenus de véritables poudrières. Notre envoyé spécial en Syrie Noé Pignède a pu visiter le camp d’al-Hol.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.