Accéder au contenu principal
Lignes de défense

Gérer le danger: dans la tête d'un opérateur des forces spéciales

Audio 02:30
Présentation du 1er RPIMA le 13 juin dernier à Pau, dans le sud de la France.
Présentation du 1er RPIMA le 13 juin dernier à Pau, dans le sud de la France. RFI/Olivier Fourt

Au mois de mai dernier, deux membres des forces spéciales françaises perdaient la vie au Burkina Faso lors d'une opération ayant conduit à la libération de quatre otages, dont deux Français. Un hommage particulier a encore été rendu à ces soldats d’élite, le 14 juillet dernier à Paris. Durant cette action les commandos marine ont été engagés auprès de leur camarade du 1er RPIMA. Au Sahel et au Sahara, les éléments du commandement opérations spéciales (COS) opèrent toutes composantes confondues : marins, terriens et aviateurs travaillent en équipe. La perte d'un camarade est toujours une épreuve, mais les commandos le disent, ils étaient prêts à y retourner dès le lendemain si cela avait été nécessaire. Que se passe-t-il dans la tête d'un commando au moment de l'assaut ? C'est la question qu'Olivier Fourt a posé à un jeune capitaine de 34 ans.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.